Culture

« 100 ans dans la vie des femmes » encore demain à la Rotonde

100 ans de la vie des femmes en Lorraine pour les 100 ans de la Rotonde. Une  exposition proposée par l’association Solidara, pour évaluer le chemin parcouru et ce qu’il reste à faire.

Une façon intéressante d’aborder les droits des femmes. Cette exposition décline l’éducation des femmes, les femmes au quotidien, les femmes au travail, les femmes en politique, entre 1913 et 2013.  Chaque panneau comporte 8 à 10 photos de femmes vosgiennes ou Lorraines.

Après 100 ans de lutte pour faire reconnaître leurs droits, force est de reconnaître qu’on est loin de l’égalité. Aujourd’hui encore, certains métiers, bien qu’ouverts aux femmes restent masculins. Les salaires des femmes sont inférieurs à ceux des hommes et les femmes en politique se comptent  toujours sur les doigts de la main. En 2011 seulement 13, 9% de femmes sont maire, 5 à 7% président un Conseil général ou régional, 18,7% de femmes sont élues à l’Assemblée nationale et 22,1% au Sénat. Des pourcentages significatifs !

Une égalité encore lointaine

La petite « Léa » qui naîtra en 2013, aura, si rien ne change, un salaire de 25% inférieur à celui d’un homme, une retraite de 35% inférieure, mais passera 1h 45 de plus aux tâches ménagères. Il reste du chemin à faire !

« Prenons un moment pour regarder autour de nous les femmes d’exception qui jouent un rôle dans nos vies », suggère Dominique Momon, maire de Thaon-Les-Vosges. C’est ce qu’ont fait Amandine Villars, Morgane Lafrogne et Pauline Rannou, étudiantes en Licence professionnelle « Gestion des fonds iconographiques et audiovisuels », en rassemblant les photos de ces femmes d’ici entre 1913 et 2013.

Au sein de Solidara, Maryse Ivern lutte avec sa fille Charlotte, présidente de l’association, contre les violences faites aux femmes. Charlotte, juriste, a été choquée par ces violences qu’elle a pris de plein fouet au cours d’un séjour au Pérou. Elle a décidé d’agir à son niveau.

C’est une fille !

« C’est une fille », 3 mots « meurtriers » que dénonce Maryse Ivern.

Aujourd’hui encore, beaucoup trop de femmes sont victimes de viols ou de violences. « A nous de faire évoluer les choses », conclut-elle.

Pour pousser l’interpellation plus loin, un film présentait les témoignages de femmes, chef pâtissier, peintre en bâtiment, patronne de bar ou entraineur de rugby.

S’affirmer et prouver sa compétence

Pour s’imposer en tant que femme dans un milieu considéré comme masculin, il faut travailler plus pour être reconnu, avoir un caractère bien trempé, être déterminée, mais c’est jouable ! Lutter contre le conditionnement de notre société, est encore un combat. Bien sûr, les portes sont ouvertes, mais chaque fois qu’une femme passe le seuil, c’est pour elle, un parcours d’obstacles, au cours duquel elle doit à chaque fois s’affirmer et prouver sa compétence. C’est par la force de sa détermination qu’elle fait sa place.

Le son était approximatif, le montage inexistant, il y avait des longueurs, ça manquait de rythme et d’un scénario construit, mais le message est passé.

La lutte continue. Il faudra encore des « Simone Weil », « Louise Michel » ou « Gisèle Halimi », mais tout le monde y gagnera.

A voir jusqu’au 10 mars à la Rotonde de 10h à 12h et de 14h à 17h. Du 11 au 30 mars à la Médiathèque, mairie et Crédit agricole de Thaon-Les-Vosges

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page