12e Forum des entreprises – Mais où vont les Vosges ?

Lors de ce forum lundi, les entreprises se posaient la question de la place des Vosges dans cette Grande Région. Le département saura-t-il tirer son épingle du jeu ? Pourra-t-il apporter sa pierre à l’édifice ? Saura-t-il cristalliser les désirs, les projets, tracer un avenir ? La CCI avait invité Jean Viard, sociologue et directeur de recherche au Centre de recherches politiques, pour lancer la réflexion.

« La Région devient le véritable ensemblier de la stratégie de développement du territoire » a déclaré Philippe Richert, président de la Région Grand Est. « Voilà qui nous encourage à tirer profit de notre appartenance à un territoire économiquement reconnu pour sa capacité à exporter, son solde commercial excédentaire, sa grande ouverture sur l’Europe et ses capacités d’innovation », déclare Gérard Claudel, président de la CCI.

Une tradition et de l’innovation

Les Vosges ont une tradition industrielle basée sur les matériaux, l’eau, le bois, le textile … et ils sont porteurs d’innovation avec le Pôle fibre, la Green vallée, le Critt Bois, Hydréos… Elles peuvent s’engager sur les nouveaux marchés environnementaux et touristiques et possèdent un foncier peu cher. Oui mais … l’avenir se dessine autour des grandes métropoles et quand j’habite au fin fond des Vosges, j’ai le milieu naturel, la qualité de vie, mais pas la grande métropole !

Créer une métropole étalée

« Eh bien, rétorque Jean Viard, il va falloir que vous l’inventiez ! Alors comment créer une métropole étalée à partir de communes dispersées, c’est La question qu’il faut se poser. Comment se lie-t-on ? Comment organise-t-on les flux ? Aujourd’hui plus rien ne se passe à l’échelle communale. Le coeur de vie des citoyens ne s’y trouvent plus. L’école, la santé, les loisirs, se passent à une échelle beaucoup plus étendue. L’enjeu, c’est de structurer un territoire politique qui va booster un territoire économique ».

De nouvelles fiertés

2e étape, inscrire la métropole dans une culture de projets. « Il faut se fixer des objectifs qui font avancer, donner de nouvelles fiertés aux populations, chaîner les hôpitaux, la santé, les services, les équipements … et les mettre au service de nouveaux projets, qui définissent une identité forte. Nantes, l’a bien compris il y a 25 ans en mettant ses artistes et ses designers dans la rue. Ils font les vitrines et toute la ville devient une oeuvre d’art. IL y a plein de petits fils à tirer« , poursuit Jean Viard, grand témoin de ce forum.

La jeunesse doit partir !

« Quant à la jeunesse, elle doit partir, voyager ! Bien sûr, elle doit revenir mais plus tard quand elle aura vu le monde. Les jeunes doivent apprendre à travailler en même temps que les études, pas après ! défend-il, énumérant 4 portes d’entrée pour la vie d’adultes, le travail, les études, le voyage … et l’amour, et ils passent de l’un à l’autre ».

Développer une « mise en désir »

Il faut construire la mobilité, mobilité physique et mobilité dans nos têtes, changer nos façons de penser. « L’économie va là ou l’art de vivre est fort, justifie-t-il. Il faut susciter le désir. Le territoire attire alors des compétences fortes. Il faut valoriser la campagne, le caractère rural. C’est un patrimoine historique qui crée une identité. le tourisme y contribue. » « 3 mots, conclut Gérard Claudel, après cet exposé, enthousiasme, engagement et confiance ». Go pour la mobilité et la mise en désir des Vosges !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page