4 syndicats en guerre contre la réforme des retraites

Ils ne veulent pas travailler jusqu’à 67 ans ou plus ! Pour eux, ce  n’est pas crédible. La CGT, FO, le FSU et Solidaire ont décidé d’employer tous les moyens pour faire pression. L’allongement de l’âge de la retraite, ils n’en veulent pas ! Ils le diront le 15 octobre à 10h30 auprès des parlementaires vosgiens.

« On veut nous amener à 43 années de cotisation, déplore Franck Pattin, FO. On va se retrouver dans la situation des années 50 avec des « vieux pauvres » et pour les femmes, c’est une vraie catastrophe !».

A 67 ans ou même 70 ans

Dans les faits, très peu pourront partir à 62 ans. La moyenne sera plutôt autour de 67 ans (d’après les simulations). Pour les jeunes qui décrochent leur premier CDI à 27 ans en moyenne, ce sera même 70 ans !

« Ce qu’il faut savoir, c’est que beaucoup font valoir leurs droits à le retraite, parce qu’ils ne peuvent plus poursuivre. La maladie gagne du terrain. Comment feront-ils pour répondre aux contraintes et au rythme imposé jusqu’à 67  ou 70 ans ? », interroge Franck Pattin.

Injuste !

C’est injuste ! plaide la CGT.L’allongement de la durée de cotisation pénalise surtout les jeunes, qui ont du mal à entrer dans la vie active et les femmes, qui n’ont pas souvent des temps pleins et s’arrêtent pour les maternités ou élever les enfants.

Elle va donc obliger les salariés à partir avec une retraite diminuée. Leur pouvoir d’achat va encore baisser et c’est inéquitable ! « Cette réforme tourne le dos aux objectifs de justice sociale », dénonce la CGT.

La retraite à 60 ans avec une réforme du financement

Les 4 syndicats veulent revenir à la retraite pleine à 60 ans avec au moins 75% du salaire d’activité et au minimum le SMIC, tenir compte de la pénibilité et assurer l’égalité hommes-femmes.

Ils proposent une réforme du financement modulant la cotisation de l’employeur en fonction de sa politique salariale et de l’emploi, créant une contribution sur les revenus financiers des entreprises (qu’ils évaluent à 20 à 30 milliards d’euros par an) et  faisant porter la cotisation sur l’ensemble des rémunérations (primes, participation et intéressement compris).

Egalité Hommes-femmes

Ils suggèrent également de supprimer les exonérations de cotisations sociales des dispositifs d’aide qui ne fonctionnent pas (estimés à 30 milliards d’ici 2020) et atteindre l’égalité salariale hommes-femmes, donc des cotisations supérieures pour les femmes qui gagneront plus (environ 10 milliards d’euros d’ici 2020).

Rendez-vous devant les permanences parlementaires

Les 4 syndicats appellent les citoyens à se rassembler dans les 4 villes Saint Dié, Vittel, Épinal et Remiremont, devant la permanence des parlementaires, pour leur demander de faire remonter leurs revendications. « Nous saisirons tous les moyens possibles pour faire passer notre message, l’appel à la grève aussi pour marquer les esprits« , insistent-ils.

Lettre aux parlementaires

PERMANENCES

– Gérard Cherpion : 47, rue de la Bolle à Sait-Dié

– Christian Franqueville : 181, rue de Verdun à Vittel

– Michel Heinrich : 1&, rue de la Préfecture à Épinal

– François Vannson : &, rue Baufru à Remiremont

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page