Contre le projet de loi El Khomri – Protéger les salariés d’abord !

4 organisation syndicales CFDT, CFTC, FAGE et UNSA prenaient ce vendredi, le relais des mobilisations. Les manifestants veulent une modification du projet de loi El Khomri. Ils ont erigé un mur de code du travail, symbolique de la protection des salariés. Un mur qui pour eux, est réparable rénovable et modifiable !

Après les jeunes et les retraités, la CFDT, CFTC, FAGE et UNSA, un peu plus modérés, demandent une modification « en profondeur » du projet de loi El Khomri. « Ce projet propose des mesures libérales en méconnaissance du monde du travail », protestent les manifestants.

Des risques pour les salariés

Pour eux, ce texte a été élaboré sans concertation et il ne renforce pas suffisamment le dialogue social pour faire évoluer notre société. « Il va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salariés et les jeunes qui aspirent à un emploi« .

Les revendications

  • Le retrait du barème qui limite les indemnités prudhommales en cas de licenciement abusif et le retrait des mesures qui accroissent le pouvoir unilatéral des employeurs
  • Que le droit actuel continue de s’appliquer à défaut d’accord notamment en ce qui concerne les astreintes, le fractionnement des repos, le repos des apprentis mineurs…
  • En matière de licenciement économique, le texte doit permettre aux juges d’apprécier la réalité des difficultés économiques et retirer le périmètre national
  • La réaffirmation du rôle intermédiaire et incontournable de la branche professionnelle
  • La reconnaissance du fait syndical quelle que soit la taille de l’entreprise
  • Aucun forfait jour ou modulation ne peut être mis en place unilatéralement
  • La création d’un compte épargne temps pour tous dans le cadre du compte personnel d’activité
  • La reprise des propositions du COCT (Conseil Orientation des Conditions de travail) en matière de médecine du travail

Un projet qui ne relancera pas l’emploi

« Ce pré-projet ne relancera pas l’économie ni l’emploi ! Les employeurs perçoivent déjà beaucoup d’aides de l’État qu’ils n’utilisent pas pour recruter et embaucher ! », déplorent les manifestants.

Licencier n’est pas embaucher

Alors pas question de leur fournir des outils pour licencier plus et plus vite ! Pas question de faire prendre des vessies pour des lanternes. Ils maitrisent suffisamment le Français pour savoir que licencier n’a jamais voulu dire embaucher !

Une loi qui protège les salariés

« Nous voulons une loi sur le travail qui protège les salariés, pas les employeurs ! », martèlent les syndicats. Ras-le-bol d’être les dindons de la farce  ! Ils annoncent qu’ils ne sont pas prêts à lâcher et qu’ils pourront redescendre dans la rue s’il le faut !

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page