5e biennale d’Art actuel et contemporain – Déjantée, mais intrigante !

La 5e Biennale d’Art actuel et contemporain organisé ce week-end par le Collectif 46 à la Plomberie, offrait un bel aperçu des tendances artistique du moment. Graffeurs, photographes, plasticiens, sculpteurs du grand Est étaient réunis à Épinal dans un véritable feu d’artifice de la création. Pas une œuvre qui n’attire le regard ou n’interroge le visiteur …

Impossible de citer tous les artistes et de décrire les œuvres. Mais 4 d’entre eux méritent une mise en avant.

Transcender des lieux

Une fois dépassé le premier abord de « désolation-spleenesque-fin du monde » des photographies du collectif ILOVEYOURHOME on remarque leur scénographie pointilleuse. La qualité des éclairages crée un visuel, qui rendent insolites, des lieux qui nous sont proches. Ils nous en font découvrir les aspects ignorés. Chapeau ! Leur succès européen est bien mérité.

Les limaces pailletées d’Anne Zimmerman

Anne Zimmerman, la quarantaine rayonnante, cumule les titres de poète, plasticienne et performeuse vidéaste. Elle expose avec originalité  les contradictions de notre société.  Ses auxiliaires du moment sont des limaces mises en situation sur son visage (Natural Botox), dans une soupière, sur des drapeaux en charcuterie dont elles se régalent. Une fois passé le cap du dégoût, on suit leur lent déplacement… hypnotisant ! Le mélange limace/paillettes sous vidéo est encore plus intrigant.

Repoussants-excessifs

« Réhabiliter la nature dans ses aspects repoussants, face aux aspects excessifs du monde moderne, doit permettre de dépasser les angoisses de notre époque« ,  affirme cette jeune artiste. Pas le temps d’en savoir plus sur Paula, ce déguisement en peau de poule et élastane, qui s’exhibe avec une immense langue de bœuf sensée promouvoir la différence. Toutes ces matières animales rejetées ou agglomérées par les humains, permettent de créer des personnages à la marge, hybrides qui combattent toute idéalisation de l’époque et participent au détachement individuel.

Lâcher prise

Contribuer au lâcher prise clownesque des hommes sur leur environnement, une mission impossible, mais qui a le mérite d’exister sous une forme décalée et distrayante. A titre anecdotique, Anne affirme que se faire brouter le visage par des limaces est massant et extrêmement reposant…Heu… Sa conviction et son engagement méritent le respect !

Jusqu’au boutiste

Pas d’expo contemporaine sans graffeurs hip hop tendance hipsters. On a donc profité de la présence de 2 Mulhousiens Niack et Ferni qui ont bien volontiers exécuté sur place des oeuvres-cadeaux sous le soleil des Vosges. A chacun son trip ! Niack est à fond dans le Wildstyle depuis 12 ans, dans une véritable démarche artistique jusqu’au boutiste plus que taggeur urbain à risque. Une belle référence d’accomplissement  artistique du streetart.

Trouvez Charlie

Ferni ou Fernand Kayser, monomaniaque des animaux masqués superposés, exhibe son « bordel personnel » sur les 2 plans. Coloré, foisonnant, thérapeutique, ce « Trouver Charlie » équilibré et multivalent attire le regard et fait sourire. A suivre avant qu’il ne s’institutionnalise.

Valentin Vaxelaire

https://www.facebook.com/ILoveYourHome, http://anne-zimmermann.com, https://www.facebook.com/NiackAsom/info, http://fernisuperpositionneur.tumblr.com/

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page