Association des maires – Que des points d’interrogation !

L’assemblée générale des maires aura lieu le 8 novembre au Centre des congrès et les maires cumulent les interrogations. Quelle place aura la commune dans le territoire ? Quels moyens ? Avec la réforme territoriale, tout est mouvant. Par contre, celui qui pourrait être le futur président de l’association des maires de France, le candidat François Baroin, ancien ministre et maire de Troyes, sera là pour présenter les enjeux de la nouvelle mandature.

« C’est un moment important, c’est le 1er rassemblement depuis le renouvellement des dernières élections, souligne Dominique Peduzzi, président de l’association des maires des Vosges. Si le maire reste en place, on a souvent l’impression que rien ne bouge, mais les assemblées délibérantes changent pour moitié. Ça engendre une remise en cause. Le taux de renouvellement des adjoints est également de 50%. »

Quelle place pour la commune ?

A cette assemblée, se pose la question de la place de la commune dans le territoire. « La commune existera-t-elle encore à l’avenir ? Avec quel mandat ? quel contenu ? »

Casser les intercommunalités

Autre sujet de préoccupation, le seuil fixé par le gouvernement d’arriver à des intercommunalités de plus de 20 000 habitants. « Ça veut dire qu’on va être obligés de casser des groupements qui viennent juste d’être constitués et pour lesquels on a seulement commencé à réfléchir », soulève le président, porte parole du désarroi des maires. Comment les habitants vont-ils s’y retrouver ? La commune est la première porte que l’habitant va pousser. »

Trop fluctuant

Des interrogations qui se cumulent avec le flou de la réforme territoriale. Que vont devenir les départements ? Et les régions ? « C’est trop fluctuant ! proteste Dominique Peduzzi. Pour la région, c’est le 8e gâteau qu’on nous sert ! Nous n’avons aucun élément pour poser une réflexion. Et la confusion crée les tensions… ». Que vont devenir les flux financiers ? Quel retour de ressources sur le territoire et pour quoi faire ?

Concurrence entre les territoires pour les rythmes scolaires

Le président en a profité pour faire un tour d’horizon. La réforme des temps scolaires crée des concurrences entre les territoires. Théoriquement sur le papier, il est possible de ne rien mettre en place, pas dans la réalité, parce que les parents veulent que leur enfant bénéficie des mêmes atouts que les communes voisines !

Plus de marge pour investir

Les travaux publics n’ont plus de commandes et sollicitent les communes, qui n’ont plus de marge pour investir. « Quand on dit que les collectivités présentent des budgets déficitaires, c’est faux ! On présente nos budgets à la préfecture qui le place sous tutelle de la chambre régionale des comptes s’il n’est pas correctement équilibré !« . Et la réduction des dotations pourrait amener les communes à ne plus pouvoir faire face à leurs charges obligatoires. « La trésorerie des communes a déjà diminué de moitié et ce n’est que la première année ! ».

Ça prend du temps

Alors peut-être que l’intercommunalité peut permettre de mieux mutualiser. « Mais ça prend du temps ! ». Et pourtant, il semble qu’il faille aller vite !

François Baroin, futur président des maires ?

Jacques Pélissard, Député-maire de Lons-le-Saunier, qui préside l’Association des maires de France depuis plus de 10 ans, a annoncé qu’il ne se représenterait pas en novembre. François Baroin, ancien ministre de l’économie et maire de Troyes est candidat. Il pourrait devenir le futur président. Et il sera là le 8 novembre dans les Vosges.

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page