Actualités

Bruyères – « Vous n’avez pas le droit de faire ça à nos enfants ! »

Les familles étaient là sous les parapluies, protégeant leurs enfants. Les élus, les professionnels, personne ne comprend cette fermeture. 240 enfants et adolescents concernés … « Mais on va les soigner comment ? Il y a une liste d’attente de 3 ans à Saint-Dié !!! Ce n’est pas du luxe … ». Pour les parents, c’est de la non assistance à familles en danger !

Le Centre médico-psycho pédagogique doit fermer le 26 février, mais on apprend que l’Agence régionale territoriale vosgienne n’était pas au courant ! Hallucinant… Les parents racontent qu’ils ont appris la fermeture par hasard. ils ont pris un boomerang en pleine figure … « La direction n’a même pas pris la peine d’informer les parents ?« , s’étonnent-ils. Ils n’en sont pas encore revenus. Ils l’interprètent comme de l’irrespect pour leurs enfants et pour eux-mêmes.

240, ce n’est pas rien !

« Que vont devenir nos enfants ? s’interrogent les parents. 240, ce n’est pas rien ! Et quand on sait qu’il y a 3 ans de liste d’attente à Saint-Dié, on va les mettre où ? Ils ont besoin d’un suivi régulier, de repères … On va aller les trimballer où ? Est-ce qu’ils se rendent compte des conséquences ?« . Cléïs par exemple est suivie pour des troubles autistiques. Elle progresse bien mais elle a besoin d’un suivi sur du long terme. Elle devait entrer en 6e avec un accompagnement et l’arrêt risque de remettre en cause tout le travail effectué.

Nos enfants sont mis à la rue !

Denis Gillet demande à l’Agence régionale de santé de prendre ses responsabilités. « Nos enfants sont mis à la rue », s’indignent les parents. Ce n’est pas 20 enfants qu’on devrait déplacer mais 240 ! « . Un collectif de parents « SOS CMP » s’est constitué. Ils vous demandent de signer la pétition. « On va continuer à emmener nos enfants au CMP« .

C’est innommable, infâme, bas …

La ruralité est mise à mal ! proteste le maire de Bruyères, Yves Bonjean, On nous enlève nos classes, nos services, … Les entreprises s’en vont dans des secteurs plus attractifs.  Qu’allons-nous devenir ? Monsieur le Président de la République, ne nous laissez pas mourir, souvenez-vous des valeurs de la République ! On voit tout disparaître chez nous, c’est innommable, infâme, c’est bas, c’est nul ! On veut casser la santé et tuer nos territoires !

Ils vont résister

« On a entendu qu’il manquait un pédo-psychiâtre mais on ne peut pas accepter !  » conclut le maire, entouré des maires du bassin. François Vannson a fait un courrier à l’ARS et les parents également. « Le vrai problème, c’est le remplacement de l’infirmière, pas le manque de pédo-psychiatre. Ils en voient un tous les 6 mois pas plus », commente un professionnel. Ces gaulois ont décidé de résister !

Une

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page