CAPEB – On a besoin d’oxygène et de stabilité !

La CAPEB tenait son assemblée vendredi. Une opportunité de réitérer les revendications que 2 ans de crise exacerbent et de demander aux élus d’être relais auprès du gouvernement. « Le bâtiment réalise 63% du chiffre d’affaires national, il a bien le droit à l’attention ! », s’insurge Jean-François Houillon, président.

Les Vosges comptent 2800 entreprises artisanales pour 7200 emplois et une perte de 371 emplois, soit -4,88% sur l’année, c’est plus que la moyenne nationale qui est de – 3,5%. Depuis 2 ans, le secteur du BTP souffre et les petites entreprises artisanales trinquent !

Oxygène et stabilité

Jean-François Houillon demande que la TVA à 5,5% s’appliquent à l’ensemble des travaux de rénovation. « Ça marchait vraiment bien, et la hausse ne sert qu’à renflouer les caisses de l’État », déplore le président. Il réclame de l’Oxygène et de la stabilité !

Prolonger le CITE jusqu’en 2017

« Ce serait une aberration que le CITE (crédit impôt pour la transition énergétique) disparaisse en fin d’année. Il a seulement 6 mois ! poursuit-il. Comment espérer que les habitants investissent dans leur logement dans ces conditions ? ». La CAPEB réclame un prolongement de la mesure jusqu’en 2017.

Prix Nobel de la complexité décernée à la France

Les entreprises se sont formées pour pouvoir obtenir la qualification RGE (reconnu garant de l’environnement), mais le dossier est trop lourd. « Il nous oblige à nous transformer en reporters photographiques ! ». Une réflexion est en cours pour simplifier la démarche. 7 propositions vont être présentées au Ministre.  En attendant, l’image du Nobel de la complexité décernée à la France fait des adeptes !

Faire confiance au terrain

« Il faut simplifier ! insiste Daniel Gremillet, sénateur. Un projet en France, c’est un an de plus d’instruction qu’en Allemagne, et le temps c’est de l’argent ! « . Il propose de revenir à un guichet unique, d’arrêter de changer les règles et de mettre en place le très haut débit. « Il faut faire confiance au terrain et arrêter les règles établies par des « Hors sol », déclare Gérard Cherpion.

Une injustice !

La CAPEB s’insurge également contre l’instruction fiscale de décembre 2014 qui autorise les grandes surfaces de bricolage à contourner la loi et en sous-traitant avec des artisans, de faire bénéficier leurs clients du CITE. Une injustice pour les artisans du bâtiment !

Lutter contre la concurrence déloyale

Par contre, favoriser le mieux disant plutôt que le moins disant qui coûte en malfaçons, sécuriser les groupements momentanés d’entreprises, et lutter contre toutes les formes de concurrence déloyale (autoentrepreneurs, travailleurs low cost et détachés), pourraient améliorer la situation ! « Comment lutter contre un coût du travail ramené entre 4 et 7 €/h ? », interroge encore Jean-François Houillon. Il n’est pas nécessaire de signer des pactes pour créer de l’emploi, il suffit de nous libérer des charges insoutenables ! ».

11M€ pour des travaux qui démarrent tout de suite

Quant au compte pénibilité, le président de la CAPEB l’applique au chef d’entreprise noyés sous toutes ces contraintes. Benoit Jourdain, pour le conseil départemental promet d’essayer de donner du travail aux entreprises du Bâtiment, « Soit directement, soit par des aides aux communes« .  Et le préfet annonce une dotation à l’équipement de 11M€ pour des travaux qui démarrent dans les prochains mois. Il promet également des contrôles renforcés.

sur les chantiers.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page