Élections régionales – Quel soutien au BTP ?

La Fédération BTP avait invité vendredi 3 candidats,Jean-Marie Lalandre, PS, Gérard Cherpion, Droite et Dominique Thomas, Front National pour débattre de la place et des enjeux du BTP dans la grande Région.

À l’ordre du jour de cet échange, les questions de proximité et la durée de la transition. Que va devenir le dialogue avec les décideurs et les entreprises ? Et les investissements le temps que l’organisation définitive se mette en place ? Que va-t-il se passer pendant cette transition ?  Des inquiétudes que Sylvie Tuaillon, présidente FBTP Vosges, a clairement exposé : « Ces réorganisations nous semblent chronophages et le temps de mise en route nous fait peur ». La patate chaude est sur la table.

Le développement économique

Pour Gérard Cherpion, il faudra s’appuyer sur le conseil départemental pour garder une proximité et faire en sorte que la politique régionale soit visible et compréhensible pour les entreprises. « Je ne suis pas un magicien, regrette Jean-Marie Lalandre. Je ne viens pas vous livrer de solutions miracle, mais nous allons amplifier les dispositifs qui ont fait leurs preuves, prêter aux entreprises qui nous le rendront quelques années plus tard, pour que nous réinvestissions cet argent dans d’autres entreprises ».

Accompagner les levées de fonds

Fonds d’amorçage, de développement, crowdfundig … le nerf de la guerre pour une entreprise est souvent la levée de fonds. Jean-Marie Lalandre parle aussi de créer un commissariat à l’emploi et de faire une analyse par territoire des offres non pourvues. Il voit également 2 point noirs à la mobilité, le tunnel Maurice Lemaire, trop cher et délaissé et la déviation de Saint-Dié, la RN59.

Soutenir les filières d’avenir

Quant à Dominique Thomas, il prévoit un plan d’urgence pour la filière bois, parie sur la croissance verte, l’agrotourisme, tout en multipliant les partenariats entre la recherche publique-privée et en impulsant des initiatives pour faire bouger les entreprises. Pour le BTP, il prévoit d’accélérer la commande publique, de créer une grande base de données communes des entreprises et un pacte de soutien au bâtiment.

Un médiateur régional des marchés publics

Pour Gérard Cherpion, la solution réside dans la mise en place d’un médiateur régional des marchés publics, des dossiers uniques et une harmonisation des conditions de travail et des normes. Enfin, pour Jean-marie Lalandre, les grands chantiers portent sur des zones de logements, la poursuite des rénovations des lycées et une offre de thermalisme plus adaptée.

L’apprentissage, une voie royale

Pour Jean-Marie Lalandre, il faut ouvrir la formation qualifiante et faire attention à ce que l’âge ne soit pas un blocage pour les reconversions. « L’apprentissage est une voie royale, défend Dominique Thomas. Prenons exemple sur ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse. Pour avoir accès aux aides, les entreprises devront avoir un quota d’apprentis. créons une bourse des apprentis et redonnons une fierté à l’apprentissage. Il est formel, le CFA d’Arches doit rester dans les vosges !

CFA d’Arches, je m’engage !

« Former les jeunes est la chose la plus importante, affirme Gérard Cherpion. C’est la relève que l’on prépare. Il y a 39 000 apprentis, il faut arriver à 50 000. Quant au CFA d’Arches, je m’engage pour sa rénovation à partir du moment où la solution est raisonnable ! ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page