Épinal – Budget 2015 : Dur, dur !

Le budget de la ville cette année,  a demandé une vraie gymnastique de l’esprit pour trouver comment continuer « à faire », sans augmenter la fiscalité ni les dettes. Au programme, des économies de bouts de chandelle partout où c’est possible, une  diminution de la masse salariale et une réduction des subventions aux associations.

La solution est de provisionner 1M€ par an en 2015 et 2016, pour compenser les années 2017 à 2018, où la baisse des dotations ne permettra plus de fonctionner (en passant en-dessous du seuil plafond de 11,5M€). « La gestion rigoureuse que l’on mène depuis 10 ans, a réduit nos marges de manoeuvre« , souligne Michel Heinrich, Député maire d’Épinal. Autrement dit, tout est ric-rac, plus moyen de gagner en organisant mieux. La seule possibilité est de ne pas remplacer tous les agents qui partent en retraite.

Économies sur tout ce qui n’est pas indispensable

Michel Heinrich annonce des mesures d’économie sur tout ce qui n’est indispensable, comme par exemple 2h d’éclairage public en moins, suppression du feu d’artifice du 1er janvier, baisse du temps de fonctionnement des jets d’eau, suppression du concours d’illuminations ou du repas offert aux bénévoles après la Saint-Nicolas, … Épinal bouge l’été  perdra 2 spectacles, mais les services dans le domaine social ou du cadre de vie ne seront pas amputés.

8M€ d’investissement

Le budget sera de 70M€ au lieu de 72M€ avec une baisse des dépenses de 800K€ et la diminution des subventions aux associations de 250K€. La ville maintient malgré tout 8M€ d’investissement au lieu de 11M€, avec l’entretien des voiries et du patrimoine et 3,7M€ pour de nouvelles opérations (rénovation urbaine, aménagement des ZAC, acquisitions foncières, raccordement au chauffage urbain, piste d’entrainement du Véloce Club à la plaine de Soba, une étude sur le secteur de la basilique …

Un budget défensif

Les efforts sont maintenus pour l’évolution numérique dans les écoles, l’accessibilité, la transition énergétique et les déplacements doux. « En 2020-2021, la  ville aura du mal à garder son niveau d’activité« , prévient-il.  « Un effort de participation à la réduction de la dette publique auquel nous adhérons, commente Bernard Binamé, de la liste « Epinal avec vous », mais vous employez la technique de l’écureuil.Vous nous présentez un budget défensif, qui ne permet pas un nouveau souffle pour les politiques de solidarité et d’accompagnement nécessaires à la situation de crise ».

On a l’impression d’être les seuls à faire des efforts

« On a l’impression de faire tout ça pour rien puisqu’il n’y a pas de réduction du déficit, rétorque Michel Heinrich,  la dette a évolué de 250 milliards d’€ en 2 ans. L’économie n’a jamais été aussi en panne et il n’y a jamais eu autant de chômeurs. Aucune collectivités ne fait un budget déficitaire. On a l’impression d’être les seuls à faire des efforts ! ». Pour Jean-Claude Pons, de la liste Épinal Bleu marine, nouvel élu qui remplace Chloé Sachot, la marge de manoeuvre est trop faible. Il propose de vendre « des bijoux de famille ». Mais il n’y en a plus beaucoup et Michel Heinrich ne veut pas prendre le risque d’inscrire en recettes, des ventes qui ne se concrétiseront pas forcément immédiatement.

L’austérité n’est pas la solution

« L’austérité n’est pas la solution. Des pays comme la Grèce l’ont démontré, mais nous sommes conscients du travail que votre majorité a déployé pour trouver des solutions « , répète Jean-Claude Lacour, qui a voté contre le budget proposé. Les élus socialistes et frontistes se sont abstenus. « Les effets des baisses de dotation sont terribles pour les collectivités. Certaines vont présenter des épargnes nettes négatives. Il faut de la stratégie pour parvenir à présenter un budget qui n’est que défensif », conclut Patrick Nardin.

http://www.actu88.fr/conseil-municipal-depinal-budget-sur-fond-de-rixe-politique/

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page