Escroqueries – Entreprises, soyez en alerte !

Ce matin, la Chambre de commerce et d’industrie, le procureur et le préfet ont lancé une alerte aux entreprises pour prévenir les arnaques aux virements bancaires. Des escrocs sévissent sur le département avec des scénarii bien rôdés. Internet leur permet d’avoir toutes les informations, dont ils ont besoin.  » Mettez en place des procédures de contrôle. Seule la prévention vous protège », insistent-ils.

« Toutes les entreprises sont exposées face à cette évolution des nouvelles technologies, déclare Gilbert Payet, préfet. L’essentiel est dans la prévention ». Pour sauver vos fonds quand vous vous apercevez que c’est une escroquerie, vous avez moins de 24h pour geler le virement ! Après,  l’argent transite par des banques en Extrême-Orient ou des paradis fiscaux. Il devient alors impossible de les atteindre, car les coopérations internationales sont européennes.

Les escrocs sont parfaitement renseignés

« On est toujours très démunis dès lors que les fonds sont virés à l’étranger, explique Étienne Manteaux, procureur. Les escrocs sont très imaginatifs et ils ont toujours un coup d’avance. Le réseau délinquant est très bien organisé. Ils savent à qui ils s’adressent. Ils connaissent le fonctionnement de l’entreprise, les personnes responsables et jouent sur des facteurs psychologiques, la confiance, la pression, une affaire confidentielle, le besoin de réactivité. Une fois le virement fait, on a le plus grand mal à élucider l’affaire. »

2 mots clé : vigilance et réactivité

« Ça peut arriver à tout le monde, témoigne Nathalie Vaxelaire, présidente de Trane. Son entreprise a subi plusieurs tentatives échouées grâce à une procédure de double signature pour tout paiement. « Je signe des dizaines de courriers par jour. Ma signature est disponible partout ».

Un vendredi soir en l’absence des dirigeants

La première tentative s’est passé un vendredi après-midi. Une personne, qui se fait passer pour le directeur général, appelle la banque, demande un virement et envoie un ordre de virement avec l’entête de l’entreprise. Il précise qu’il sera en réunion confidentielle jusqu’à 16h, donc pas joignable, mais que l’opération doit absolument être faite avant cette heure. « Seule la procédure de contrôle, a permis d’éviter le désastre. La banque a appelé pour vérifier, parce qu’il n’y avait pas les 2 signatures. 104 000€, ça peut faire couler une entreprise ! ».

Demande de virement avec entête et signature

La 2e tentative, concernait un envoi de fax pour confirmer une adresse. « Une personne se faisait passer pour un livreur de DHS qui avait besoin de la confirmation de l’adresse pour livrer un cadeau. Or, on travaille tous les jours avec DHS et ils connaissent parfaitement l’adresse. Je refuse toujours que les personnes à l’accueil donnent des informations sur l’entreprise au téléphone, explique la présidente. Harcelée, la personne finit par envoyer un Fax. Aussitôt, on a reçu une demande de virement avec entête et signature. la filiale m’a recontactée et ça s’est arrêté là ».

Geler le virement en moins de 24h

Maître Gérard Welzer fait part d’une autre affaire, où le directeur financier d’une entreprise avait suivi un faux ordre de virement de 400 000 € certifié par un avocat, alors que son dirigeant était à l’étranger, pour « une affaire exceptionnelle« . Le virement a heureusement pu être gelé grâce à la réactivité de tous les acteurs et à la coopération internationale, parce que les fonds transitaient par la Pologne. D’autres personnes évoquent également le cas des fausses factures.

Déposez plainte

Les conseils sont simples : alertez aussitôt la police ou la gendarmerie dès la moindre suspicion, mettez en place des procédures de contrôle comme la double signature et l’appel du dirigeant, et informez vos salariés, des procédés utilisés par les escrocs. Si l’escroquerie est avérée, déposez plainte aussitôt. C’est cette plainte qui permettra de mettre en route la procédure judiciaire.

30 tentatives pour une arnaque

Les arnaques se multiplient et les sommes en jeu sont importantes. En 2013, une filiale d’un groupe européen avait perdu 1,3M€. « En 2014, 2 escroqueries ont abouti. Une a échoué. Il y a eu 4 tentatives connues en zone gendarmerie et une en zone police, mais quand ce ne sont que des tentatives, les entreprises ne les signalent pas systématiquement« , précise le procureur. En tout cas, vigilance, les Vosges et la Meurthe-et-Moselle sont touchés. Il faut 30 à 40 tentatives pour une arnaque réussie.

http://www.actu88.fr/lescroquerie-au-president-a-atteint-les-vosges-alerte/

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page