Foot – la rencontre Raon-Strasbourg à la Colombière !

C’est la solution du moindre mal pour l’US sportive de Raon-l’Étape, un peu amère de ne pas pouvoir jouer « à domicile ». Pas l’idéal non plus  pour Strasbourg qui n’aura droit qu’à 350 spectateurs. Les autorités sont sur le qui vive, pour éviter des débordements potentiels.

 

Après une après-midi de palabres, la sortie des « officiels » semble proche. C’est Romain Giraud, secrétaire du Racing club de Strasbourg, qui franchit la porte le premier, mine dépitée. La fédération française de football impose la délocalisation et limite les supporters de Strasbourg à 5% de la capacité du stade, soit 350 places. 1500 à 2000 supporters étaient attendus, inutile de souligner le décalage …

Le stade de la Colombière

« Le stade de Raon-L’Etape n’offre pas les conditions de sécurité pour drainer une telle masse de spectateurs. La situation pourrait dégénérer, defend Christophe Salin, Sous-Préfet de Saint-Dié. La fédération française a décidé de délocaliser le match. Nous avons travaillé cet après-midi sur le  stade de la Colombière à Épinal. A l’heure, où je vous parle, personne n’a infirmé ce choix ».

Le match aura lieu samedi à 18h à la Colombière avec la condition de restrictions des entrées à 5% de visiteurs.

350 places pour Strasbourg

« 350 places sont réservées à Strasbourg, 1750 à Raon-L’Étape. Le match se déroulera à guichet fermé ». Il n’y aura pas de billets en vente à la Colombière ! « Nous avons demandé les unités de forces mobiles que nous estimons nécessaires, reprend le Sous-Préfet, La décision sera prise par la préfecture de zone, un peu avant le match. J’ai invité les dirigeants du club à assumer pleinement leurs responsabilités. Ce doit être une fête. Que le meilleur gagne ! ».

Reprendre l’organisation du match à guichet fermé ne va pas être simple pour l’US Raon-L’Étape. Les billets déjà vendus devront être annulés. Le club devra échanger certains billets, en rembourser d’autres, puisque les billets sont comptés.

Un désavantage quoi qu’on en dise !

« Nous allons refaire une billetterie », se résigne Jean-Pierre Brossi, président de l’US sportive Raon-L’Étape, qui semble un peu découragé par la tâche. « Nous sommes frustrés, très frustrés, avoue-t-il. La Colombière est un moindre mal, mais nous ne sommes pas chez nous. C’est un désavantage quoi qu’on en dise ! On va donner le meilleur de nous-mêmes parce qu’avec tout ce qu’on nous annonce, c’est presque la guerre ».

La sécurité de Strasbourg a mis les autorités en garde contre quelque hooligans irréductibles. Le club de Raon-L’Étape y voit une tactique d’intimidation.

Quelques hooligans

« Le Racing club de Strasbourg ne voulait pas qu’on joue chez nous,  avance le président, mais à leur décharge, à chaque match, ils ont des problèmes ! » . Il avait demandé le huit clos, la fédération l’a refusé .

Jean-Philippe Sechet, le coach de l’US Raon, ne décolère pas : « La fédération a pris la décision de délocaliser le match, martèle-t-il, mais il n’y avait personne de la fédération aujourd’hui. J’ai demandé qu’on me donne le texte de loi qui justifie la délocalisation et je convaincrai les joueurs de jouer à Épinal parce que nous suivons les règles. Si je ne l’ai pas, je les laisserai choisir de participer ou non. La patate chaude était à Raon, on la déplace à Épinal ».

Le texte ou la plainte

« Sans texte, on portera plainte contre la fédération, poursuit Jean-Philippe Sechet. On avait gagné le droit de faire la fête à Raon. Aujourd’hui, on n’a plus le droit de vendre des billets à Strasbourg. Ca va faire 1500 mécontents. Certains viendront à la billetterie, et quand ils verront qu’ils ne peuvent pas avoir de billets, ils seront furieux. Comment va-t-on gérer cet énervement ? Chez nous, on était capable de gérer parce qu’on connaissait parfaitement le terrain. On nous gâche la fête ! ».

Toutes les garanties

Il semble également que Michel Heinrich, maire d’Épinal, veuille s’assurer que toutes les garanties sont réunies pour la maîtrise de la situation, avant de donner un accord définitif, car la ville accueille en ce moment même, les Imaginales, un événement autour de la Fantasy qui draine environ 20 000 visiteurs sur les 4 jours.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page