Gamyo – Les mousquetaires du Hockey : tous pour un, un pour tous !

Gamyo, équipe mythique d’Épinal. Mais qui sont ces joueurs qui peuvent se jeter corps et âme dans une course effrénée après un palet avec la rage de marquer ? Florian Sabatier, 25 ans, Thibaut Farina, 22 ans, Hugo Vinatier, 23 ans, Pierre-Charles Hordelalay, 27 ans et Lucas Savoye, 22 ans ont accepté d’ôter le casque.

Ils sont 21 en Ligue Magnus et nous vous les livrerons  par petits groupes de 4 à 5, histoire de faire durer le plaisir …

Sur les patins avant de savoir courir …

Aujourd’hui, Florian, Thibaut, Hugo, Pierre-Charles et Lucas se renvoient le palet. Thibaut s’est mis au hockey pour suivre son copain, Florian pour suivre son frère. À Briançon comme à Gap,  c’est le sport phare ! Thibaut accroche tout de suite au coté collectif du sport. Hugo, lui, était sur les skis avant de savoir courir et il a testé à 3 ans, une sensibilisation au hockey. Ça a fait tilt !

Accro !

Et pour Lucas, c’est un sport où on ne s’ennuie jamais ! Quant à Pierre-Charles, il a commencé à 4 ans. « J’étais actif comme gamin, s’amuse-t-il. Il fallait canaliser mon trop plein d’énergie ! » D’après ses coéquipiers, ça n’a pas beaucoup changé ! Il accroche au glissé, à la vitesse. Le jeu le rend accro !

Adrénaline quand tu les tiens …

L’adrénaline, l’engagement physique et l’esprit d’équipe deviennent vite leur drogue. Ils s’y engagent à fond pour gagner ! « Mais nul n’est prophète en son pays« , comme le dit Thibaut. Il faut bouger pour faire carrière, penser hockey, vivre hockey. Épinal promet de nouveaux challenges. Changer d’équipe bouscule les habitudes, il faut se remettre en cause, s’intégrer, s’adapter, des qualités déterminantes quand tout se joue à quelques points et pas question de s’encroûter !

Une alchimie

Lucas fuit un coach avec qui il n’a pas d’affinités, il fait sûrement meilleur ailleurs et Pierre-Charles veut jouer parmi les grands. L’aventure. Épinal les séduit parce que tout de suite, l’équipe est soudée. Il y a une sorte d’alchimie entre eux qui fait qu’ils portent tous un intérêt collectif, qu’ils jouent collectif, qu’ils pensent collectif !

La vitesse et l’intensité

« On a trouvé notre place et on a plaisir à jouer ici », confie Hugo. Si le hockey met en jeu la vitesse, il demande aussi de la créativité.  « Il faut tout le temps inventer d’autres façons d’aborder le jeu ». « C’est beaucoup de stratégie collective », complète Florian. Mais pas seulement. «  Du contact, du mouvement, de la sensorialité, de l’intensité », enchaîne Pierre-Charles. « De la réactivité, précise Thibaut. Tout peut aller tellement vite et les situations se retourner en quelques secondes. Il faut anticiper, avoir les réflexes ».

Complémentaires mon cher Watson !

Lucas est gardien. « Je vois le jeu différemment, avec plus de recul. J’observe, mais sans oublier de réagir ». Pas étonnant que son défaut soit la nonchalance … et sa qualité la bonne humeur. Pierre-Charles est plus explosif. Il cite le regain d’énergie. Inutile de dire qu’il est attaquant !, et comme défaut, la difficulté à contenir ses émotions … « Gagnant », Florian à cette détermination, mais parfois, il lui faudrait un brin d’assurance en plus. Quant à Hugo, il analyse les situations, mais contrecoup, il manque un peu de spontanéité. Rien n’est parfait et c’est pour ça qu’ils s’entrainent !

Gagnants ou rien !

Hugo vibre pour le jeu, Florian pour le challenge, mais c’est l’enjeu qui fait marcher Pierre-Charles. Gagner à tout prix, est la devise de Thibaut. Il se dit mauvais perdant et Lucas se shoote à la confrontation. La saison leur impose un rythme régulier fait d’entrainements, de musculation, et de matchs ! Mais hors saison, ils aiment profiter de la famille et de leurs amis, dont ils sont loin toute l’année. C’est unanime.

Ça baigne !

A chacun son truc pour la détente. Florian et Lucas, aiment la pêche, Hugo la cuisine, Thibaut retrouve la montagne et l’escalade, mais pour tous, c’est surtout un bain de famille et d’amis !  Très important !

Hétéroclite !

Leurs héros sont très raisonnables. À part Pierre-Charles qui aime le coté rebelle et l’imprévisibilité de Will Hunting (film), ce sont des sportifs du foot comme Lionel Messi, du rugby comme Johnny Wilkinson ou du hockey, comme Martin Brodeur, qui ont leurs faveurs. Les goûts musicaux varient aussi, du rap pour Florian, Izïa pour Hugo, ACDC pour Thibaut, Cabrel pour Pierre-Charles ou Bob dylan pour Lucas. Impossible de faire plus hétéroclite !

Ni l’injustice, ni ceux qui se dédisent

On l’aurait parié, Pierre-Charles admire la patience qui n’est pas son fort. Il aime la régularité, mais seulement dans la performance, parce que dans la vie, il parie plus sur les rebondissements.  Il hait l’injustice ! Lucas aussi. Hugo plus retenu, aime les gens spontanés qui tiennent leur parole. Il faut une certaine constance pour plaire à Florian, mais l’impolitesse ne trouve pas grâce à ses yeux.

Et après ?

Mais ces 5 là sont plutôt hédonistes. Ce qui leur fait peur, c’est l’après carrière, ce qu’ils pourront faire de leur vie (Thibaut et Florian). « Il y aura quoi à la place ?« , s’interroge Lucas. Mais Hugo verra ça plus tard. Il a décidé de mettre cette angoisse de coté et de profiter de ce qu’il avait, de tout ce qui l’entoure.

Tous ensemble pour gagner !

«  Dans l’équipe, c’est clean, pas de clivage, ni d’animosité, assurent-ils en choeur. On n’a pas le même rôle, ni le même niveau, mais si l’un de nous est en difficulté, on va le soutenir pour qu’il arrive à son but. On veut tout gagner, mais pas à n’importe quel prix. On ne changerait pour rien au monde !« . C’est vrai même pour  » s’engueuler », ils font équipe !

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page