Golbey – La 10e déchèterie des Vosges inaugurée !

Ce soir, une nouvelle déchèterie était inaugurée à Golbey. La 10e des Vosges avec 15 quais pour les différentes filières. Une plateforme moderne et sécurisée autant pour les usagers que pour éviter les vols. Un bel outil pour aller encore plus loin dans l’efficacité du tri.

« Un nouvel aménagement était devenu nécessaire, rappelle Pascal Larrière, 1er adjoint de  Golbey. Le centre de Golbey n’était plus aux normes et la réflexion a débuté en 2013. Les travaux ont démarré au 2e semestre 2015″.

Un espace rationnel

L’espace est fonctionnel, rationnel et opérationnel. « « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants« , une citation de Saint-Exupéry que le 1er adjoint reprend à son compte. « Nous devons inciter nos concitoyens à bien trier et pour cela, ils ont besoin d’outils performants ». Une démarche qui entre progressivement dans les mentalités, mais il reste encore du travail. « Il faut travailler à vulgariser des écogestes, pour qu’ils deviennent naturels », complète Raphaëla Canteri, vice-présidente du Conseil général.

Encore 2 projets pour compléter le maillage du territoire

Les déchèteries de Charmes et Val d’Ajol viendront bientôt compléter cet aménagement du territoire Vosgien. « Le territoire est bien maillée, fait remarquer Michel Heinrich, président de la Communauté d’agglomération d’Épinal. Il y a maintenant une offre de services performante pour les habitants ». Les pratiques de tri ont évolué et les équipements aussi.  Les anciennes déchèteries comptaient 10 quais, maintenant elles en ont 15 avec le développement de nouvelles filières de traitement des déchets (mobilier, plâtre et huisseries).

Trier plus, c’est de l’activité locale

« Sur certains secteurs, le tonnage de déchets provenant des déchèteries peut même être plus important que les déchets ménagers », souligne Benoit Jourdain, président du Sicovad. Trier,  ça coûte moins cher pour les usagers et ça présente un intérêt économique et environnemental. La majorité de ce qui est recyclé, l’est sur la Région Grand Est et j’espère que ça se traduira l’année prochaine par une baisse des taxes d’ordures ménagères ».

Un chantier de 905 000€

Le chantier a coûté 905K€ avec une participation de 279K€ pour l’Adème, 215K€ pour le département et 260K€ pour le Sicovad. Les travaux ont été réalisés par des entreprises locales. Les circulations ont été pensées pour un maximum de sécurité. Il y a des bâtiments en dur pour les déchets dangereux et des vidéos de surveillance.

Le déchet est devenue une matière première

« Le déchet est devenue une matière première, à la base de filières économiques, s‘enthousiasme Michel Heinrich. C’est une véritable opportunité que nous allons saisir. Nous travaillons à créer un pôle territorial de l’économie sociale et solidaire. Le déchet permet une économie circulaire, où nous pouvons impliquer les associations et les acteurs de l’insertion« .

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page