Actualités

La CGT Fapt et CGT ADMR s’indignent de l’offre « Veillez sur vos parents » !

Bernard Bernard de la CGT Fapt et Monique Bricard de la CGT ADMR  dénoncent la marchandisation des personnes âgées avec l’offre « Veillez sur vos parents » mis en service par La Poste et la sélection par l’argent. « Jusqu’où va-t-on aller ? », s’indignent les 2 représentants.

Les mots sont durs : destruction du lien social, mercantilisme effréné, sélection par l’argent. Les représentants CGT s’indignent qu’on utilise la confiance que les gens mettent en leur facteur pour faire du business !

Qu’est-ce qu’il y a derrière le mot visite ?

Les facteurs perçoivent ce service comme une nouvelle tâche à faire en plus sans supplément de temps ni d’argent pour eux et pour lequel ils ne sont pas formés. « La formation nous recommande de parler doucement aux personnes âgées pour ne pas les brusquer mais on ne nous dit pas quoi faire si la personne a fait sur elle ! Qui appeler ? On la laisse comme ça après les 6 minutes ? Qu’est-ce qu’il y a derrière le mot visite ?« , interroge le syndicaliste, qui a demandé un retour à des personnes ayant déjà suivi la formation.

3h et demi de formation e-learning

Les facteurs ont jusqu’en octobre pour suivre une formation e-learning de 3h et demi, qu’ils doivent suivre en dehors de leurs heures de travail et sans rémunération pour ces heures supplémentaires. « On va nous demander de ne passer que chez les gens qui ont pris le service, projette Bernard Bernard, et s’il y a un recommandé le jour où l’on devrait visiter ce parent, il a payé pour un service, on fait quoi ? On repasse un autre jour ? ».

Tout devient achetable même le lien social !

Le service a dû mal à convaincre. Aucun contrat n’a été signé sur Saint-Dié, pas plus sur Xertigny et Le Thillot. « Il y a eu des départements pilote mais on n’a pas eu de retour d’expérience« , remarque encore le syndicaliste. Pour la CGT, c’est la rupture du service public. « Tout devient achetable même le lien social et ça, c’est inacceptable ! ».

Le lien social, c’est notre boulot !

Il n’y a pas plus de compréhension chez la représentante des aides à domicile. « Bientôt il faudra payer pour qu’on vous dise Bonjour ! » s’indigne-t-elle, mais pour elle, c’est un service au rabais, parce que passer 6 minutes ne permet pas de connaître la personne et de sentir si elle est mal ou pas. Pour cette femme dont c’est le métier, s’occuper d’une personne âgée doit être le fait de professionnels formés pour ça. « Le lien social, c’est notre boulot ! ».

Les personnes âgées, des marchandises ?

« C’est une honte de traiter les personnes comme des marchandises ! », s’insurge Monique Bricard. Le facteur, lui ne veut pas de cette mission. Il y a trop d’interrogations et il ne veut pas être obligé de mettre le chronomètre en route pour compter le temps de présence. « Et la solidarité, ça se perd ? On est en train de la tuer », protestent les 2 délégués. Et si les gens veulent des renseignements, ce ne sera pas les facteurs qui les renseigneront, mais une plateforme téléphonique …

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page