Le chef de centre, pilier du système de secours

Pour 2013, le chef de centre devient la star du dispositif. Chacun des 112 chefs de centre sera récompensé d’une médaille, lors de cette fête de la Sainte-Barbe départementale. Pour la 1ère fois également en France, 7 médailles de la sécurité intérieure seront remises par le préfet à des Sapeurs pompiers.

Sur les Vosges, le service de secours s’organise à partir d’un trio État-département-Direction opérationnelle, qui affiche avec satisfaction une vision partagée.

Mobilisation tenue 48h

Après avoir atteint les objectifs fixés il y a 5 ans, une caserne à moins de 10km de chaque commune, 300 pompiers mobilisables en 10mn et 1000 en 2h, le schéma départemental d’analyse et de couverture des risques ajoute le défi de tenir la mobilisation 48h, tout en continuant à répondre à l’urgence. « C’est un défi permanent », rappelle le préfet, Gilbert Payet. Ce qui permet aux communes en cas de catastrophes d’avoir le temps de s’organiser pour prendre le relais.

25M€ annuels

Le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) signe avec le département, une convention pour le financement.

« Le budget est de 25M€ par an avec 15M€ du Conseil général et 10M€ des communes », détaille Dominique Peduzzi, président du SDIS.

3000 sapeurs pompiers dans les Vosges

Le SDIS des Vosges compte 3000 sapeurs pompiers. « Nous essayons de les préserver, remarque le commandant Hugues Deregnaucourt. Nous avons cette année plus de recrutements (200) que de départs (175).  Dans les Vosges, nous avons le taux de pompiers volontaires le plus important par habitant. Mais tout repose sur le chef de centre. Ce sont des équilibres fragiles face à des enjeux de société exigeants. C’est une alchimie ».

Une insigne de chef de centre

Pour mettre en valeur l’engagement des chefs de centre, une insigne a été conçue en Lorraine. Pour être éligible, il faudra un an à la direction d’un centre de secours. « C’est le chef de centre qui emmène tout le monde à la bataille et c’est lui qui les récupère après et les remet en ordre de marche. Tout repose sur lui. »

Préparé 3 ans avant

« Devenir chef de centre, c’est un parcours et les candidats ne se bousculent pas. Nous commençons à les préparer 3 ans en avance. C’est un équilibre qui n’est pas évident entre professionnels et volontaires, entre famille, travail et engagement. L’ambiance qui règne dans la caserne est déterminante ».

En 2014, Il n’y aura plus de distinction de taille entre les centres, tous seront au même titre des Centres d’Incendie et de secours.

7 médailles de la sécurité intérieure

–       Lieutenant Colonel Laurent Petitcolin, adjoint au directeur départemental

–       Capitaine Guy Fieutelot, chef de centre du CIS de Lamarche

–       Capitaine Nicolas Sauffroy, chef de centre du CIS de Corcieux, officier au groupement Meurthe

–       Capitaine Jean-Louis Collignon, chef de centre du CIS d’Archettes

–       Capitaine honoraire Jean Boquillon, responsable de centre de vaccination H1N1

–       Lieutenant Michel Tottoli, chef de centre du CIS de Oëlleville

–       Sergent-Chef Yannick Cuny, sous officier au CIS Raon-L’Étape

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page