Le Collectif Nature – Carrément contre la course Enduro « La volontaire » !

La course enduro « la volontaire » prévoit 200km à travers bois et pierriers pour plus de 200 participants. Cette fois, c’est touche pas à ma forêt ! Le collectif Nature, le club alpin français et le club vosgien ne veulent pas de 250 motos dans des zones Natura 2000 ! Ils sont prêts à remuer ciel et terre pour sauver leur massif et ses nichées.

Le Collectif nature  regroupe l’ASVPP (Association de Sauvegarde des Vallées et de Prévention des Pollutions), Oiseaux Nature et Vosges Nature Environnement. A ces associations de défense de la nature s’ajoutent pour cette cause le club vosgien et le CAF (Club alpin français).

390km entre pierriers, montées impossibles et bourbiers

Le 21 mars, 1er Enduro Extrême, « La volontaire » partira de Remiremont « dès l’aube jusqu’à la nuit ». « La Volontaire Enduro Extrême de 390 km, se compose de 190km pour une première sélection aux alentours de Remiremont. Une remise en forme et un peu de mécanique en fin de matinée, avant d’attaquer le grand départ pour la boucle EXTREME finale de 200km. Cette boucle sera un enchaînement de montées « impossibles ? » et pierriers et de bourbiers en tous genres pour une arrivée de nuit après des heures de roulage », annonce le site.

Tout simplement impossible !

Un descriptif qui fait hurler les associations de défense de l’environnement ! Non seulement cette course va rassembler 200 à 250 motos qui vont s’acharner à labourer les sentiers terreux, mais elle se passe en mars en pleine période de nidification et dans des zones protégées !!! Le dossier de demande d’autorisation a été déposé en préfecture le 24 décembre. Pour le Collectif, c’est tout simplement impossible que les organisateurs obtiennent l’autorisation de faire cette course.

Contraire à la charte du Parc des ballons

« Le tracé traverse 7 communes du Parc naturel des Ballons, relève Jean-François Fleck de Vosges Nature Environnement, c’est impossible que les maires, le préfet qui ont signé la charte du Parc naturel régional des Ballons, acceptent une telle course en contradiction complète avec le respect et la protection de la nature ».

Sentiers dégradés

Le collectif met en avant l’impact catastrophique qu’aura la course pour la dégradation des sentiers normalement interdits aux véhicules à moteur ! Avec cette course, il en passera 250 en période de dégel. Pas besoin d’un dessin ! 2e impact, le dérangement des espèces en train de nicher.

Des oiseaux dérangés ne reviennent plus

« Il y aura au moins 25 espèces présentes fin mars, poursuit Claude Maurice d’Oiseaux Nature, dont certaines sont menacées ». Il cite la bécasse des bois, la gélinotte des bois, la chouette tengmalm, la mésange noire et la mésange huppée…

Une petite poche protégée d’espèces rares

« Les effectifs de bouvreuils pivoine ont chuté de 80%, explique-t-il. C’est un oiseau très sensible au dérangement et cardiaque. Des oiseaux dérangés ne reviennent plus ». Il poursuit en énumérant les amphybiens, tritons et salamandres, qui avaient trouvé en montagne, une petite poche protégée loin des pesticides, les insectes …  mais la flore souffrira aussi.

Impact sonore dans toute la vallée

3e impact, le bruit ! « La martre ne supporte pas ce genre de bruit. Ça va être un enfer pendant le week-end et pas seulement pour les animaux ! Le son se répercute sur l’ensemble de la vallée ». Il est prévu une sélection avant la course, de l’entrainement puis la course elle-même, et il faudra y ajouter les repérages, le balisage et la circulation des spectateurs.

Contraire à la loi de circulation des véhicules à moteur

Le préfet a fait une communication sur la circulation en forêt pour les véhicules à moteur. Peut-il verbaliser des individus et laisser 250 motos le jour de la course ? De quoi raviver les conflits …

Déjà plusieurs avis défavorables

Ils semblerait que l’ONF et le Parc naturel des Ballons soient défavorables à cette course. En tout cas, le collectif est prêt à alerter l’opinion et à défendre son patrimoine naturel. Pour lui, c’est clair, il y a d’autres espaces pour l’enduro que les zones Natura 2000 ! « Nous alertons, nous sensibilisons, mais si le préfet accepte cette enduro, nous irons en justice », prévient le Collectif bien décidé à empêcher le massacre !

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page