Actualités

Le Plan loup fait hurler les éleveurs !

Le nouveau plan loup 2018-2023 est pratiquement bouclé mais … sans les éleveurs, qui ne se sentant pas entendus, ont refusé de siéger. Les grandes lignes ont été arrêtées … sans eux ! La dernière mouture devrait être publiée en février  après une concertation publique en janvier.

Objectif : la cohabitation entre éleveurs et loups. Pour que la population des loups atteigne 500 bêtes en 2023, le plafond restera à 40 loups abattus maximum en 2018. Il ne sera pas possible d’abattre plus de 10 % des loups, 12 % maximum.

Indemniser uniquement les élevages protégés

Autre mesure qui fâche sérieusement les milieux agricoles, le fait de subordonner l’indemnisation à la mise en place de mesures de protection des troupeaux. « Il y a des endroits comme en montagne où les clôtures ne sont pas possibles ou pas efficace parce qu’avec les rochers, il y a toujours un endroit où le loup peut sauter sans difficulté. Ça va mal se passer ! Les services de l’État ne se préoccupent pas de ce qui se passe sur le terrain !« , s’insurge Jérôme Mathieu, président de la Chambre d’agriculture des Vosges.

Combien d’espèces sacrifiées au loup ?

« C’est une catastrophe, renchérit Jean-Yves Poirot, porte-parole des éleveurs. On revient 15 ans en arrière ! Pour sauver une espèce, on va en détruire combien ? Il veut qu’on élève nos bêtes à l’intérieur ? C’est ça sa notion de l’agriculture écologique et durable ? Parce qu’il est impossible quand les bêtes sont parquées à 15km de les rentrer tous les soirs ou alors il faut nous financer des bergers ou du personnel ».

Les fusils vont sortir

« Ce qui va se passer si l’État s’entête à ne pas nous écouter, c’est que les fusils vont sortir ! Ça va être une vraie guerre, on ne va pas se laisser crever. On ne sera pas les dindons de la farce ! Les éleveurs vont se mettre à tirer le loup quand il vient pour l’éloigner des élevages et le cantonner aux forêts. Il faudra qu’il se contente de la faune sauvage. Il n’a plus peur de rien à force de le laisser faire ! Il faut mettre des chasseurs avec des fusils à vision nocturne pour l’empêcher d’approcher ».

Ils ne veulent pas abandonner leur élevage !

Les éleveurs ont décidé d’attendre le début d’année pour voir ce qu’on leur réserve, mais ils sont bien décidés à sauver leur métier d’éleveurs !

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page