Les Voivres – Prémices d’un projet d’habitat groupé en yourtes

Les yourtes, on commence à en parler et aux Voivres, on les construit ! Alors pourquoi ne pas aller plus loin encore en développant un projet d’habitat groupé ? Pierre-Olivier Lefèvre, chef d’entreprise de Hêtre nomade et fabricant de yourtes, lance le concept. La 1ère réunion avait lieu vendredi.

Ils étaient un petit groupe, mais ils savaient ce qu’ils cherchaient en faisant ce premier pas. Pas une communauté ! Mais un esprit solidaire, du lien,  des mutualisations …

Solidaires

« Je trouve vraiment fantastique ce qui se passe ici, s’enthousiasme Charlotte qui habite aussi Les Voivres. Je suis issue d’une famille nombreuse et je porte en moi cette envie de vivre dans un esprit communautaire, de partage et de soutien« .

Pas seule dans sa boite

La 2e ligne du concept émerge. Charlotte veut vivre proche de la nature. « Je voudrais me donner les moyens d’expérimenter ce qui fait mes valeurs et donner du sens à ma démarche. Être proche de la nature et proche des autres, plutôt que seule dans sa boite ».

Partage des équipements

Michel qui habite près d’Épinal a une yourte mongole et il envisage de la transformer en yourte vosgienne adaptée au climat et habitable même en hiver. « Avec la crise, nous avons de moins en moins les moyens et nous gaspillons beaucoup d’argent pour des choses dont on se sert peu ou qui ne durent pas. Je trouve intéressant la notion de partage d’une tondeuse par exemple, ou d’autres équipements.« , remarque-t-il. Il avait réfléchi aux atouts de l’éco-quartier.

Produire ce dont on a besoin

Quant à Clément, il voit l’intérêt de vivre en autarcie en partageant des cultures et des tâches. Enfin, un couple néerlandais qui vit en France depuis 2 ans, s’est joint au groupe. Il est très intéressé par la possibilité de vivre en yourte.

Des modèles innovants

« Beaucoup des gens qui s’interrogent sur la yourte sont en transition, en quête d’un mode de vie qui répond mieux à leurs aspirations, observe Pierre Olivier Lefèvre.  Il sait de quoi il parle puisqu’il vit dans une yourte avec sa compagne et leur fils. « Ce qui me plait dans la yourte, c’est que c’est un vecteur pour créer des modèles d’organisation innovants et plus humains ».

Attaché à la ruralité

Attaché à la ruralité, il aime jouer les hommes des bois : « C’est un grand bonheur pour moi de pouvoir développer des projets à la campagne et le maire des Voivres a cette volonté de s’ouvrir à l’innovation. La commune encourage tout projet porteur de développement ».

Aventure !

Des cartes support circulent et chacun y associe un mot qui représente pour lui l’habitat groupé. Les concepts sont saisissants ! L’habitat groupé évoque la transition, fait rêver d’espaces et de liberté. On y recherche une certaine alchimie, on est tenté d’y faire des expériences au delà du conventionnel. On y projette une autre musique tout en y recherchant beaucoup  d’allègement.

A chacun sa sphère privée

« Pour s’engager dans cette démarche, confie Pierre-Olivier, il faut construire et vivre son logement collectivement. Ce n’est pas une communauté. Chaque foyer a sa sphère privée, vit chez lui,  mais partage des espaces communs. On est issus d’une société individualiste, il n’est pas question de tout chambouler, juste d’ouvrir des portes. »

Acteurs de son lieu de vie

2e élément fondateur : « Les habitants sont acteurs de leur lieu de vie ». Il faut une volonté de travailler ensemble. 3e clé : privilégier une construction saine et respectueuse de l’environnement. 4e principe : la mixité. « Les habitats groupés qui marchent le mieux sont ceux où il y a des milieux, des âges, des situations et des cultures diversifiés ».

2 terrains aux Voivres

L’avantage évident est de diminuer les coûts, de rendre accessible le foncier qui devient inabordable, de développer un lieu qui porte les idées innovantes et favorise les relations humaines. Enfin, mutualiser permet de réduire sensiblement l’impact écologique. Deux terrains sur Les Voivres seraient adaptés au projet.

Constituer le groupe

La première étape est de constituer un groupe et de définir ensemble ce qu’on veut et ne veut pas. La 2e étape sera le montage juridique et financier. Toutes les formules sont possibles. Pierre-Olivier évalue à 4 ans le temps nécessaire pour concrétiser le projet.

En route !

4 personnes pourraient être intéressés, mais ce n’est pas une décision qui se prend à la légère. Le clos des yourtes est en route ! Affaire à suivre !

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page