Les voleurs de tracteurs arrêtés en Hongrie !

Les vols dans les exploitations agricoles donnaient du fil a retordre aux pouvoirs publics. Le 10 octobre, ces derniers avaient signé un plan d’action avec le groupement de gendarmerie pour mieux lutter contre ces vols. Et c’est avec une grande satisfaction que le procureur a  annoncé ce matin, que les commanditaires du vol des 3 tracteurs de Punerot étaient arrêtés, grâce à une coopération avec la Hongrie.

Soulagement immense du coté les agriculteurs, qui craignaient que ces vols ne se multiplient, s’ils n’étaient pas rapidement stoppés ! Ils se sentaient vulnérables et avaient d’ailleurs signé le 10 octobre avec le Groupement de gendarmerie des Vosges, un plan d’action pour lutter au mieux contre ces vols.

Une filière extrêmement organisée

3 tracteurs récents et parmi les plus chers, avaient été dérobés dans une exploitation à Punerot. « Ce sont des filières extrêmement organisées, explique le procureur. Ils avaient repéré les lieux, savaient où ils pouvaient tourner. Ils sont arrivés et ont chargé les 3 tracteurs au petit matin et sont repartis aussitôt. Les villageois ont bien entendu quelque chose, mais ils n’ont pas compris ce qui se passait et le temps que les gendarmes soient prévenus et analysent les traces, ils avaient déjà quitté le territoire !« .

Une coopération internationale qui porte ses fruits

Grâce aux coopérations internationales, avec le numéro des tracteur, le SCOPOL (Service de Coopération technique internationale de Police situé à Nanterre), a fait le lien avec la police judiciaire de Hongrie et les commanditaires des vols ont été retrouvés. La Police hongroise a repéré un hangar qui abritait 15 tracteurs prêts à être reconditionnés, dont les 3 de Punerot et 3 de la Meuse.

Réseau démantelé et tracteurs récupérés

Les commanditaires ont été interpellés, les tracteurs saisis et la police scientifique a relevé des ADN qui correspondent à ceux des voleurs. La collaboration avec les autorités hongroises se poursuit pour démanteler ce réseau de délinquance transfrontalière et retrouver les auteurs des vols. « Ces filières organisées dépasse largement les frontières du territoire, insiste Étienne Manteaux, procureur. Elles sévissent en Allemagne, Italie et Pays Bas, d’où la nécessité de l’office de lutte contre la délinquance internationale (OLCDI). Il s’agit là de petites équipes de 4 à 5 cambrioleurs qui sont là un mois et enchainent les vols, coup sur coup ».

Pas de sentiment d’impunité !

Un démantèlement qui réjouit les agriculteurs, dont Daniel Grémillet se fait porte parole pour saluer l’efficacité des services de gendarmerie et de l’État: « Nous rendons hommage au travail effectué, parce que vous avez réussi à stopper ce réseau très rapidement. Ce qui va bloquer tout sentiment d’impunité, qui aurait pu amener les auteurs à user du filon« . Les tracteurs volés représentaient un butin de 250 000 à 300 000€. « Ce sont les Rolls Royce des tracteurs » et même si l’assurance prend en charge le défraiement, l’agriculteur est obligé de compléter la somme versée pour en racheter un neuf. Les tracteurs ayant été remplacés, les engins volés iront à l’assurance.

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page