Actualités

Ligne 14 Nancy-Merrey – 10 propositions pour en faire une ligne attractive

L’association de défense de la ligne ferrée Nancy-Merrey (ADLF) soumettait à Jean-Jacques Gauthier Maire de Vittel ce Mercredi, la possibilité d’organiser un débat public sur Vittel/Contrexeville autour du développement de cette ligne 14. Elle a 10 propositions pour booster l’attractivité de la ligne et souhaite les transmettre dans le cadre  de la nouvelle convention de gestion du TER de la Région Grand Est.

Ça ne pourra être qu’un avis consultatif, mais il pourra faire connaitre à la commission  les besoins et attentes des usagers de la ligne pour lui permettre de prendre des mesures adaptées. L’ADLF défend la ligne 14 et veut la sauver. C’est un service de qualité pour des centaines de collégiens, lycéens et étudiants et travailleurs qui l’utilisent quotidiennement, pour les personnes âgées, malades, blessées ou à mobilité réduite qui doivent nécessairement se rendre à Nancy pour un suivi médical, qu’elles ne peuvent pas trouver en zone rurale.

Un levier de développement

Cette ligne est un levier de développement économique indispensable pour désenclaver une région fragilisée et lui donner des atouts pour résister face à l’appel des métropoles. La fermeture de la ligne pénaliserait un bassin de vie d’environ 130 000 habitants  qui se trouvent à moins de 10 minutes en voiture ou en car d’une gare. Dans le cadre de la nouvelle grande région, cette ligne devient un axe stratégique permettant de relier la Champagne et la Lorraine et un élément fort de l’identité régionale.

Moins de gaz en train !

L’Association ne peut pas cautionner un retour massif à la voiture, (conséquence d’une fermeture de la ligne) quand on sait qu’il faut absolument réduire les émissions. Un usager qui prend sa voiture pour faire Mirecourt-Nancy produit 23 kg de CO² contre 3 kg pour une personne en TER. (Source eco comparateur ADEME). Et l’augmentation de la circulation automobile inévitable, si la ligne était supprimée, engorgerait encore plus les abords de la métropole Nancéienne et créerait des problèmes de stationnement.

10 propositions pour augmenter son attractivité

La ligne 14 bénéficie d’une augmentation constante de la fréquentation depuis 10 ans, en dépit des très nombreux handicaps qui font fuir nombre d’usagers réguliers de la ligne ! On ne compte plus les trains supprimés en raison de pannes ou par manque de conducteurs,  suite aux grèves, fermeture de la ligne partielle ou totale pour des travaux, fréquence des trains insuffisante, horaires inadaptés, absence de stratégie de transport multimodale, tarification élevée par rapport au TED…  C’est une ligne qui  présente de nombreux atouts … inexploités !

Remettre la ligne en état

L’ADLF demande que des travaux  soient programmés sur la voie/ ballast entre Pont-Saint-Vincent et Vittel pour sécuriser la ligne et surtout de réduire le temps de déplacement. Elle devra être aussi rapide que la plupart des autres lignes TER. « Cet investissement, certes important, ne serait qu’un juste rattrapage du défaut d’entretien de la ligne pendant des années », estime l’association.

Du multimodal

L’ADLF souhaite que soit développée une vraie stratégie multimodale, faisant converger les bus (et les horaires !) vers la ligne 14 (« au lieu de la concurrencer comme c’est le cas actuellement »). L’association suggère d’installer des aires de co-voiturage près des gares et de mettre en place une vraie politique de promotion de cette ligne.  En desservant les villes thermales de Vittel et Contrexeville, la colline de Sion, les musées de Mirecourt, la foire de Poussay, l’aéroport de Juvaincourt, le château d’Haroué…la ligne a de réels atouts touristiques !

Des offres touristiques

Autre point essentiel : il faut améliorer l’information en gare, sur les supports de communication SNCF et Région, organiser des opérations promotionnelles, des formules à la journée en partenariat avec les offices du tourisme, faire en sorte que les horaires prennent en compte les besoins réels des visiteurs. Il faudra aussi organiser des navettes de liaison vers les points d’attractivité…

Au moins 2 omnibus par jour et des tarifs

L’ADLF recommande un véritable cadencement avec au moins 2 omnibus par jour dans chaque sens de circulation pour que les personnes en zone rurale puissent avoir une desserte ou obtenir l’expérimentation de l’arrêt à la demande. « Une pratique courante en Europe, mais arrêté en France depuis quelques années ». L’association plaide pour une politique tarifaire qui soit attractive, équitable et harmonisée entre les différents opérateurs de transport.

Concertation

Pour faire vivre la ligne, il faut développer la concertation avec les usagers et leurs représentants, pour impliquer au maximum les citoyens, les acteurs du territoire et être au plus près des attentes. L’ADLF préconise de remettre en service les circulations ferroviaires entre Contrexéville et Culmont-Chalindrey, pour désenclaver la Haute-Marne et l’ensemble de la Champagne. Pour augmenter la fréquentation, l’ADLF suggère d’inciter par des campagnes d’information et des tarifs très attractifs, les écoles et le monde associatif à privilégier le train pour leurs voyages. Les enseignants et responsables associatifs qui utilisent la ligne apprécient la sécurité du train, son confort, sa fiabilité …

Faciliter la prise de ticket et harmoniser

L’ADLF pense que faciliter la prise de tickets en gare ou en train, pourrait inciter les voyageurs à utiliser plus la ligne. Actuellement, nombre de voyageurs n’osent prendre le train par peur du contrôle sans billet et d’autres voyageurs ne paient pas leur voyage en l’absence de contrôle. IL sdevraient également avoir la possibilité de changer de ligne avec un même abonnement. « Pour les lignes comme la nôtre ayant peu de choix dans les horaires, il devrait être possible de prendre la ligne Epinal Nancy sans pénalités, du moment que le trajet n’est pas plus long », explique l’association. Des propositions qui pourraient être présentées et débattues lors d’un débat public.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page