Actualités

Neufchâteau – Sursis jusqu’au 20 décembre pour Sorepla, des salariés mi figues mi raisins !

Nouveau sursis pour le site de recyclage de bouteilles plastiques  ! Le tribunal de commerce a décidé ce matin d’un nouveau renvoi au 20 décembre, pour permettre aux actionnaires et aux dirigeants d’affiner le plan de restructuration après une recapitalisation. Une annonce qui laissent les salariés mi figues mi raisins …

« Je ne sais pas ce que sera l’avenir. Le plan de restructuration est en cours d’homologation. Il y aura des investissements de la part des partenaires et nous sommes en train de renégocier la dette avec nos créanciers pour l’annuler. Les commandes sont là. Nous continuons avec l’équipe actuelle. Il n’a jamais été question de diminuer les effectifs », assure le dirigeant, Haïssam Dib, venu avec son directeur financier, Hugues Letellier. Et de poursuivre : « C’est la dernière chance. Il faut que les salariés en prennent conscience. Si on continue dans un climat social comme celui-là, ça ne sera pas acceptable. »

L’activité oui mais pas au détriment de la sécurité !

Un avertissement qui fait réagir les salariés ! Ils sont plus d’une vingtaine à s’être déplacés. « La relance oui, mais pas au détriment de la sécurité ! », s’insurgent-ils. 4 accidents se sont produits en un mois dont le dernier très grave ce dimanche ! Romaric est là, le bras en attelle après une grosse opération chirurgicale : « J’ai ouvert une trappe et elle m’est tombée dessus. Elle a sectionné les nerfs, les tendons et touché une artère. On savait que ce genre de trappe représentait un danger, j’en ai fait les frais ».

L’activité reste aléatoire

Les salariés dénoncent l’entretien défectueux des machines. A la suite de cet accident, un inspecteur du travail est venu à l’usine vérifier les conditions de travail et l’entreprise a obligation de résoudre les problèmes de sécurité. Quant à l’avenir … « Pour l’instant, on a nos salaires, mais l’activité reste aléatoire, les problèmes d’approvisionnement ne sont pas résolus et on attend toujours un partenaire« , analysent-ils.

Le plan va être modifié

Pas moyen aujourd’hui d’y voir clair sur ce qui va être recapitalisé. « Plusieurs sommes ont été avancées, mais c’est confus, c’est pour ça que le Tribunal a accordé aux dirigeants jusqu’au 20 décembre pour préciser ces apports », intervient l’avocat. Très confuse aussi, l’organisation de la Holding dont le siège serait néerlandaise. Apparemment, il n’y a pas de repreneurs et comme le plan n’a pas été respecté, il devra être modifié « négocié un peu comme un rachat de crédit, illustre l’avocat, mais on reste sur un plan de restructuration. Il n’y aura pas de passage en redressement ».

Pas le bout du tunnel …

Que des investisseurs réinjectent des liquidités est une bonne nouvelle, mais les salariés restent prudents. « Pour l’instant, ce n’est qu’une promesse de crédits. Au bout de 2 ans, on ne voit pas vraiment la situation évoluer dans le bon sens, on attend de voir ». Le plan de continuation lancé en octobre 2012 va donc se poursuivre.  Pour l’instant, les 62 emplois sont maintenus. Un sursis donc, mais pas encore le bout du tunnel !

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page