Oiseaux nature – Chasseurs brimés ou sauvegarde des espèces en danger ?

Oiseaux Nature réagit aux dires des chasseurs. « Tout ce qui bouge et qui n’est pas soumis à un plan de chasse, est tiré sans discernement, tant qu’il en reste », observe l’association, qui défend les espèces en voie de disparition et demande de ne pas les chasser. C’est le plaisir éphémère de la chasse contre la survie de l’espèce !

Merles, grives, alouettes, pigeons, tourterelles, petits mammifères … ne sont pas soumis à des plans de chasse. On peut les chasser sans limites. Pour ces populations là, rien n’est régulé. L’alouette des champs est en voie de disparition. La bécassine des marais et la perdrix grise indigène aussi. « Elles subissent l’impact des pesticides et sont broyés par les engins agricoles quand elles nichent dans les champs, précise Claude Maurice. Les chasseurs ne sont pas la cause de ces disparitions, mais en autorisant les tirs à tout moment, ils y contribuent« .

Ne pas chasser les espèces menacées

Ces espèces menacées doivent être protégées et il faut interdire de les chasser. Oiseaux Nature renouvelle chaque année, une demande d’arrêt de la chasse pour ces espèces et en appelle aux décideurs pour agir. Le Code de l’Environnement : Article R424-1, permet de les protéger et de favoriser le repeuplement de ces espèces.

C’est le patrimoine de tous les Vosgiens

« Par ces pratiques de chasse à tout prix, les chasseurs activent la destruction de la faune locale en disparition, qui pourtant, est le patrimoine de tous. Ils s’approprient un patrimoine commun, qui devrait être partagé. Pour ces espèces-là, ils ne gèrent rien du tout, ils accélèrent juste la destruction !« .

Le préfet peut intervenir

Il faudrait que ça change ! Le préfet a le pouvoir d’intervenir. Il peut décider d’utiliser l’article R. 424-6, pour une ou plusieurs espèces de gibier. Il peut décider d’interdire la chasse de ces espèces ou limiter le nombre des jours de chasse. Mais pour l’instant, il n’a pas jugé utile de le faire.

Que le renard ne soit plus « un nuisible »

Autre espèce pourchassée, le renard ! Il est chassé du 1er juin à fin février, soit 9 mois … « Un chasseur de Dommartin-les-Remiremont s’est vanté d’en avoir détruit 40 l’an passé et croyait bien faire, juste parce que l’animal est classé « nuisible » et qu’il peut être détruit à ce titre toute l’année ! ». Mais les conséquences de cette chasse aux sorcières se fait sentir. Les campagnoles pullulent, puisque les renards ne sont plus assez nombreux pour leur faire la chasse et les agriculteurs s’en plaignent aujourd’hui.

Les équilibres se reconstituent

Le renard se régule de lui-même en fonction de la quantité de nourriture que le territoire est capable de fournir. « Le canton de Genève, d’une superficie de 282 km2 héberge une population de renards conséquente. Depuis 1974, soit 40 ans, il n’y a plus de chasse, ni de destruction de renards. Pour les 4 dernières années, seuls 3 animaux ont été tués en 2010 pour des raisons sanitaires et il n’y a pas plus de dégâts. Les équilibres sont respectés ». Laissez la chaine alimentaire trouver son équilibre.

http://www.actu88.fr/wp-admin/post.php?post=35674&action=edit

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page