Actualités

Pascal Triboulot, l’homme qui a osé le bois !

Pascal Triboulot, nouvellement nommé à la Direction du Collegium Lorraine INP, quitte la direction de l’ENSTIB. Ce soir, élus, enseignants et élèves rendaient hommage à l’homme qui a osé le Bois !

Pascal Triboulot, c’est l’ENSTIB ! « Une école qui lui doit tout, comme le dit si bien Dominique Calvi, sa présence, sa notoriété, sa créativité. Sans l’ENSTIB, la construction Bois ne serait pas ce qu’elle est. c’est le bois qui ose ». C’est l’homme qui invitait les étudiants à remplir leur boite à outils, d’expériences, de vécus, d’imaginaire, d’ingrédients multiples pour créer. C’est celui qui aimait dire que « seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin ! «  et qui a réussi à ce que les étudiants se sentent chez eux à l’ENSTIB.

L’homme de tous les possibles

Pascal Triboulot, c’est l’homme de tous les possibles, l’homme des défis du bois, qui avec Jean-Claude Bignon va puiser au fond de l’imaginaire, les quelques parcelles de rêves de ses sujets, c’est l’homme qui incite à l’impertinence à 20 ans pour être pertinent à 40 ans, il est même soupçonné d’être « l’homme qui murmure à l’oreille des arbres ». Ses étudiants le disent « charismatique mais avec son franc parler, franc du collier, lunatique, perfectionniste et passionné« . Un homme volcan. qui bout à l’intérieur, rugueux pour cacher sa sensibilité et irrémédiablement dévoué à la cause du Bois.

Vous avez affirmé la valeur du bois avant l’heure

« Nous voulons lui dire notre reconnaissance pour tout le travail effectué, complète Patrick Nardin, 1er adjoint à la ville d’Épinal. Vous avez façonné cette école, une école prestigieuse, de renom, qui fait référence, qui attire. Sortir de l’Enstib, c’est beaucoup plus que maîtriser les techniques, poursuit -il, c‘est être responsable et écocitoyen. Vous avez affirmé la valeur du bois quand il n’était pas encore reconnu. Vous avez été un ambassadeur de choix pour la ville et s’il vous plait, conservez votre authenticité !« .

On ne fait bien son métier que s’il y a de la passion

« Je suis là grâce à mon père qui était de ces générations sacrifiées qui n’a pas pu faire d’études et pour qu’il soit fier de moi, j’ai passé tous les diplômes possibles. J’ai découvert le bois pour ma thèse. Ce fut la révélation ! » Depuis, il est accroc et présente tous les symptômes de l’addiction sévère ! « On ne fait bien son métier que s’il y a de l’amour. On dirige comme on est », confie Pascal Triboulot. Après plus de 32 ans à tenir haut la flamme, il passe le relais à Laurent Bléron, qui a été son élève et son adjoint, mais nul doute qu’il laisse une empreinte sacrée et qu’il ne sera pas facile de prendre la suite !

http://www.actu88.fr/ces-vosgiens-qui-comptent-pascal-triboulot-on-a-tout-pour-faire-le-vorarlberg-des-vosges/

 

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page