Saint-Dié – Le Poivre rouge ferme et licencie ses salariés

L’annonce de fermeture a été faite ce matin même aux 14 salariés du restaurant par Davy Honoré, chargé de l’ animation du réseau ITM Restauration assisté par l’avocate du groupe.  Gérard Thiriet de la CFDT dont la présence avait été imposée par les salariés, a demandé la mise en place d’une cellule de reclassement et de prévoir des indemnités supra légales.

Le restaurant est ouvert depuis le 4 juillet 2011. Après 2 exercices déficitaires, le gérant a été remercié et remplacé. Patrick Royer, qui assure la gérance du restaurant Poivre rouge d’Épinal, a pris également celle de Saint-Dié et un directeur intérimaire a été embauché, Fabrice Veccia. Ils assistaient tous deux à la réunion.

Inquiets, les salariés se font assister

En apprenant la convocation à cette réunion, les salariés, inquiets, se sont adressés à la CFDT. Après avoir vu la direction réduire les commandes ces derniers mois, ils redoutaient la fermeture.Gérard Thiriet s’est démené pour avoir quelques informations et il a eu la confirmation que le groupe avait bien l’intention de fermer le restaurant.

Un PSE

Pris de court, les salariés se sont mis en grève mardi soir et ont imposé la présence de Gérard Thiriet de la CFDT à la réunion d’aujourd’hui. Ensemble, ils ont demandé à bénéficier d’un vrai plan de sauvegarde de l’emploi avec une cellule de reclassement (8 mois minimum) et des indemnités supra légales. La direction du groupe doit faire une proposition.

Un déficit de 142 000€

Le déficit en fin d’année 2012 était 82 000€. Il est de 142 000€ en fin d’année 2013. « 4 fois le montant du capital !« , déplore Gérard Thiriet. ITM Restauration qui détient le restaurant Poivre rouge de Saint-Dié et d’Épinal appartient au groupe de grande distribution les Mousquetaires. Sur 81 points de vente, Saint-Dié-des-Vosges sera la 6e fermeture depuis janvier 2013.

Chercher un repreneur

La mairie et la DIRECCTE ont été informées de la situation. « Ce fut aussi la surprise !« , témoigne Gérard Thiriet. La mairie a l’intention de demander des comptes au Groupe et de lui demander de chercher un repreneur. Pas question de se faire jeter comme des kleenex. « La note sera poivrée », promet Gérard Thiriet

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page