Actualités

SDIS – Le colonel Hugues Deregnaucourt quitte les Vosges

Jeudi soir, les Vosgiens rendaient hommage au Colonel Hugues Deregnaucourt. Après 5 ans à la tête du SDIS des Vosges, il poursuit sa carrière à Bourg-en-Bresse (01). C’est avec regret que les Vosgiens laisse partir celui qu’il qualifie de « meneur d’hommes » et de « bâtisseur ». Il prendra son nouveau poste le 2 février.

« Talent un peu, travail beaucoup ! », résume le Colonel Laurent Petitcolin, adjoint du commandant. « Ce n’est pas un magicien, même s’il est arrivé au milieu des flammes, précédé d’un Dragon (67), c’est un meneur d’hommes ! Un chef capable de tirer le meilleur de chacun, mais aussi de dire merci et de mettre en valeur ce qui va bien« .

« Un compatible « 

Son adjoint lui reconnait du caractère, juste ce qu’il faut, mais c’est un compatible, à l’aise dans les relations humaines, un bâtisseur de projets, qui a su moderniser l’organisation, en faire un exemple en termes d’efficacité, de rapidité, alors que c’est le département qui a le plus de volontaires, le plus de caserne et le moins de professionnels pour 1000 habitants !

Même pas peur des discussions toniques !

Fort de ses 111 centres, pour lequel il a su convaincre le département d’investir, parfois après des discussions toniques, le SDIS est désormais capable de mobiliser 300 pompiers en 10 minutes et 1000 en 2h. C’est à lui aussi qu’on doit la plateforme unique SDIS-Samu qui se met en place pour mieux répondre aux différents besoins du 15/112/18.

Il a ça dans l’ADN

Tout ça avec du doigté, de l’humilité et une bonne dose d’humour. « A l’écoute des hommes, il a ça dans l’ADN », lui reconnait le capitaine David Bonnard, président de l’union départementale des sapeurs pompiers. Bon, le bilan est moins brillant en technique. Il a aussi ses failles … le bricolage ! Une perceuse à la main, il peut faire fuir un régiment parait-il, c’est ce qui se murmure dans les tuyaux. Il a perdu la manivelle … par contre, il se rattrape en cuisine !

Rien n’a filtré sur son successeur

Bref, il laissera quelques traces. D’ailleurs, les élus avouent du bout des lèvres, un rien de nostalgie et se disent « chagrinés ». (A vrai dire, ils l’auraient bien gardé …), mais ils ne peuvent qu’exprimer discrètement quelques regrets et lui souhaiter bon vent. Ce qui met la barre haute pour celui qui va prendre la suite ! Les candidatures sont en cours mais les tuyaux ne sont pas percés et rien n’a filtré.

Vosgien de coeur

« Le SDIS, c’est avant tout une histoire d’hommes et de femmes engagés, d’intelligence collective, commente le Colonel Hugues de Regnaucourt. Les chiffres sont la conséquence de forces en marche. Il suffit de mettre les forces en marche, les solutions arrivent« . C’est ce qu’il a fait. « Et conseille-t-il à la suite de Saint-Exupéry, considérez que le bonheur est une récompense et non un but ». Il part, mais avoue se sentir « Vosgien de coeur ».

SDIS : service départemental d’incendie et secours

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page