Sécurité – Le Lieutenant Colonel Schoenher jauge le terrain

Arrivé depuis quelques jours, il est un peu tôt pour voir la patte du nouveau commandant de groupement, le lieutenant colonel Dominique Schoenher. Il entend pour l’instant ne pas lâcher la présence sur les axes routiers, renforcer la sécurité des entreprises et collectivités et mettre en place le regroupement et renforcement des toutes petites unités.

Fort d’une expérience dans la coopération transfrontalière et dans la protection des systèmes informationnels web des entreprises et collectivités, il est probable qu’il renforce la sécurité dans ces domaines, car les sociétés et les communes ne sont pas forcément armées contre les escroqueries et le vol de données. L’adjudant Roy en cours de formation devrait venir renforcer l’équipe des référents sécurité aux cotés de l’adjudante Jeandot.

Renforcer la vidéosurveillance sur les communes

Il proposera également aux communes et entreprises de renforcer la vidéosurveillance, qui permet d’élucider beaucoup plus rapidement les affaires et de retrouver les auteurs, d’autant plus que les chiffres des cambriolages sont à la hausse depuis mai, venant annuler les bons résultats du début d’année. « A ce jour, les statistiques enregistrent 12 faits de plus que l’année dernière« , ajuste le chef de groupement.

Solidarité locale villageoise

« La vidéosurveillance compense la désertification, argumente le lieutenant colonel Schoenher. Mais si les communes ne veulent pas de caméras, on peut leur proposer l’alternative de la solidarité villageoise locale qui consiste à repérer les comportements anormaux et à prévenir les patrouilles de gendarmerie, qui iront vérifier s’il y a ou non un problème« .

Une présence constante sur la route

La 2e objectif est de faire baisser les accidents de la route et le nombre de tués par la répression combinée à la dissuasion. Pas question d’alléger la présence de gendarmes en surveillance, la tendance serait même plutôt à essayer d’obtenir plus de radars mobiles. « Mais au bout de 10 minutes de présence, ça devient de la prévention parce que tout le monde sait que nous sommes là », ironise le nouveau patron, lucide.

Mieux coordonner les interventions

« Je vais aussi améliorer la coordination entre les interventions de l’escadron de sécurité routière et les services route des compagnies, pour que 2 équipes ne se retrouvent pas à 500m l’une de l’autre sans le savoir », annonce-t-il.

Regroupement et renforcement des petites unités

Quelques restructurations sont en cours sur les petites unités de gendarmerie. « Par exemple, nous sommes en réflexion sur les unités de Darney, Lamarche et Monthureux, qui n’ont que 2 à 3 gendarmes, pour tenter de renforcer les unités tout en assurant une présence optimale. Toutes les unités de moins de 3 militaires sont concernées ». La réflexion avait été initiée par le colonel Gilles Martin, son successeur la mettra en place.

Optimisation des locaux et des équipes

Ainsi, la petite unité de Coussey a été transférée à Neufchâteau mais la permanence reste dans les locaux de La Poste et Châtenois a accueilli la brigade motorisée de Neufchâteau. Au 1er septembre, 10 communes seront rattachées à d’autres brigades, parce que ça semble cohérent, mais il n’y aura pas d’implication pour la population.

10 communes changent de COB ou de Compagnie

Par exemple, Tendon et Le Tholy seront rattachées à la Compagnie de Saint-Dié et Arches passe de la Communauté de brigades de Remiremont à celle de Xertigny, alors que le Peloton de surveillance et d’intervention de Travexin et ses 12 militaires sont rattachés à Remiremont. Une rationalisation des effectifs et des périmètres.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page