Actualités

Tribunal – 2 nouvelles vice-présidentes

2 arrivées au Tribunal d’Épinal et aucun départ ! Les 2 nouvelles vice-présidentes, Perside Dianzinga et Sandrine Erhardt étaient installées ce lundi lors de l’audience de rentrée. Ce qui met les compteurs à 23 magistrats pour 23 postes !

Perside Dianzinga et Sandrine Erhardt arrivent du Tribunal de Nancy. « Une pénaliste et une civiliste », annonce Jean-baptiste Haquet, président du tribunal. Perside Dianzinga était substitut du procureur de la République au TGI de Nancy, elle devient vice présidente à Épinal et Sandrine Erhart, juge au TGI de Nancy, chargée du service du tribunal d’instance de Lunéville prend en charge celui d’Épinal.

De l’enfer au quotidien …

Elle auront le plaisir de travailler « dans un des plus beaux tribunaux du Grand Est », assure Étienne Manteaux, procureur, qui décrit les audiences passées qui duraient de 14h à 23h, provoquant l’ennui des avocats et l’affaissement des juges au cours des heures. L’enfer au quotidien, d’après un reportage de Télérama en 2012.

… à une organisation  qui tourne

Le tribunal a trouvé son rythme de croisière en faisant passer en comparution immédiate les délits les moins importants (300 ordonnances en 2012 passées à 1067 en 2016) et les plaider coupables( CRPC en légère augmentation 492 en 2016 contre 427 en 2015). Ainsi, il ne reste en audience que les dossiers complexes dont il faut vraiment débattre.

Une sphère humaine où le dialogue est possible

« Ce n’est certes pas le paradis, mais on respecte souvent les 6h d’audience et on a réussi à faire du tribunal,  une sphère humaine où le dialogue est possible ». L’absentéisme n’est d’ailleurs au TGI que de 5 jours et demi par an et par personne. Le stock (dossier en attente de traitement est un peu remonté , avec un peu moins d’une trentaine de dossiers en plus, mais le délai de traitement des affaires reste acceptable, environ 4 mois. « Mais en 2016, 18 postes et demi étaient pourvus sur les 23 ou 20 et demi si l’on intègre les juges délégués », justifie le président.

Lutte contre la radicalisation, une anticipation des actes

« On demande maintenant aux forces de l’ordre d’arrêter les personnes qui projettent un acte terroriste avant qu’il ne se concrétise, souligne le procureur, c’est une évolution importante. Il faut cerner la personnalité, déterminer la dangerosité et même si notre département n’est pas le plus exposé, la menace est réelle ».

Stop aux réformes de la garde à vue !

Quant aux réformes de la garde à vue, Stop ! « On en est à 8 réformes de la garde à vue, pointe encore Étienne Manteaux. On va bientôt faire un inventaire à la Prévert pour énumérer  tous ses droits à l’interpellé, et le temps que les forces de l’ordre passent à l’administratif, n’est pas employé à l’investigation. A défaut de simplifications, stoppez la complexification !« .

L’indépendance de la justice ou rien !

L’année qui s’ouvre est une année électorale. La justice a été malmenée par les écrits du Président François Hollande, mais quels que soient les nouveaux gouvernants, « nous les magistrats, nous serons intransigeants sur l’indépendance de la justice« , conclut Jean-Baptiste Haquet.

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page