Worldskills du Brésil – Le bouquet d’émotions d’Emma Lagier

L’équipe de France revient avec 9 médailles de ces Worldskills 2015 (une de plus qu’en 2013) et des étoiles plein les yeux. Emma Lagier concourait comme fleuriste. Rentrée aujourd’hui du Brésil où se déroulait la compétition, elle est encore sur son petit nuage. Elle a décroché une médaille d’excellence et l’aventure laisse des traces… Plus rien ne sera pareil !

Emma Lagier n’a pas assez de mots pour décrire ce qu’elle a vécu. Ils sont tous beaucoup trop étroits !  « C’était extra ! Je me suis amusée du début à la fin, s’enthousiasme-t-elle. J’étais très bien préparée moralement et techniquement. C’est une expérience formidable, qui m’a fait grandir. Je me suis dépassée de partout ! ».

Une guerre des points

Le niveau est tellement haut que c’est une guerre des points. Il faut des nerfs d’acier mais Emma Lagier a passé l’épreuve allégrement, même si elle avoue un peu de stress le matin. La pression est forte, il faut savoir la tenir à distance. « On ne représente plus seulement sa Région, mais tout un pays. C’est une vraie fierté. On a du mal à réaliser qu’on en est là, mais c’est aussi énormément de pression ! ».

Une équipe de France qui s’apprécie

L’équipe de France comprenait 45 jeunes de 18 à 22 ans. L’entraînement les a lié. Ils étaient soudés, solidaires. « Dans une telle équipe, on a des gens qui ont des comportements différents et c’est passionnant ! ». La chaleur perce dans sa voix. Ce fut sa famille pour ces quelques jours de compétition avec un vécu tellement intense : « On s’entraînait ensemble et on s’appréciait réellement ». Par contre, la barrière de la langue l’a empêchée d’échanger avec des candidats d’autres pays. Elle le regrette un peu. Heureusement, pour voir le travail accompli, il n’y a pas forcément besoin de parler.

J’ai fait de beaux produits

Si le challenge est terriblement enrichissant, il demande énormément d’investissement personnel. « On galère mais on en retire tellement plus« , confie-t-elle. Emma s’était donnée une règle de conduite pour résister à la pression et garder un moral d’acier. Elle faisait le maximum et si elle était contente de ce qu’elle avait produit, elle ne s’autorisait aucun regret. Pas trop le temps non plus de voir vraiment ce qui la distinguait des autres, le rythme était terriblement intense et l’effort épuisant.

Une médaille d’excellence gagnée à l’international

« Il faut se dire qu’on fait partie des meilleures et se contenter de ces magnifiques résultats ». Elle n’a pas obtenu de podium et il y a inévitablement un souffle de déception. Mais elle a appris à accepter cette loi. Elle a donné le meilleur d’elle-même, s’est battue fièrement avec toute son âme. Et c’est ce qui compte. Tous rêvaient de médaille. Ils étaient à Sao Paolo pour gagner. Elle rentre avec une médaille d’excellence comme les 18 de l’équipe de France, qui ont totalisé plus de 500 points sur les 600 optimaux et c’est en soi une merveilleuse raison d’être fière.

L’étranger et l’événementiel

Maintenant, Emma va devoir reprendre contact avec le quotidien et son lot de routine. Elle reprend le travail jeudi matin, mais pourra se reposer un peu en septembre. Déjà s’esquissent de nouveaux projets : partir à l’étranger pour mieux maîtriser les langues et travailler un jour dans l’événementiel … Son parcours lui ouvre bien des voies et les aventures ne sont pas terminées. C’est dit, elle ira encore plus loin !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page