CulturePolitiqueSociété

A la Bresse, l’humanisme se décline en 20 sculptures

Le 22e festival international de sculpture « Camille Claudel » s’est ouvert hier en présence du préfet, Gilbert Payet. Du 4 au 12 mai, une vingtaine d’artistes sont à l’œuvre pour exprimer l’humanisme.  Invité d’honneur du festival, Marcel Joosen, artiste hollandais, partage ses Africains « encadrés ».

 

Sous la halle, à coté de la patinoire, une quinzaine de sculpteurs s’affairent autour de troncs de tilleuls tombés lors de la tempête de juin 2012. La ville de Gérardmer en a fait don pour le Festival, une façon sympathique de les valoriser.

Casque sur les oreilles, tronçonneuse à la main, ils taillent, tranchent, débitent pour extraire la forme de base de leur sculpture. Dans cette valse de lames, noyés dans les vrombrissements saccadés, les artistes se concentrent sur les volumes qui vont guider leur œuvre. Creuser, arrondir, tailler juste ce qu’il faut…

Le feu vert de la création est donné

Les 20 artistes venus de France, mais aussi d’horizons très divers, (Italie, Argentine, Togo, Belgique, Canada ou République tchèque), avec des sensibilités différentes, ont une semaine pour réaliser leur représentation de l’humanisme. Les sculpteurs de pierre ont pris un peu d’avance car le matériau résiste plus que le bois et demande un peu plus de temps de réalisation.

Les artistes travaillent au regard de toutes les personnes curieuses de voir l’œuvre émerger. Pendant une semaine, vous pourrez les voir jouer des volumes, affiner les formes, travailler les profils, polir les lissés.

L’ébauche sort de sa chrysalide

Un fascinant enfantement de ce que l’humanisme représente pour l’auteur.

« 2 élèves sculpteurs participent également au symposium, précise Liliane Mengin, présidente du festival. Cette année, 250 à 300 élèves bénéficieront d’une initiation aux arts plastiques et à la sculpture avec des professionnels pendant cette semaine. Ils travailleront à partir de la récupération de matériaux et exposeront leurs réalisations à la Halle ».

Marcel Joosen, invité d’honneur

A l’espace loisirs de la patinoire, les bronzes africains de Marcel Joosen voisinent avec les sculptures de bois claires, ses corps sublimés avec des lignes symboliques des éditions précédentes. Un clin d’œil à l’évolution du Festival.

« Pour les premières éditions, Christian Claudel, sculpteur de La Bresse qui est à l’initiative du rendez-vous, prenait son téléphone pour inviter les artistes, rappelle Liliane Mengin.

80 candidats, 20 sélectionnés

« Pour ce 22e symposium, nous avons dû choisir parmi 80 postulants ». Les participants sont choisis sur les maquettes qu’ils envoient.

Devenu incontournable, le Festival fait aujourd’hui l’événement. »Démarré avec les moyens du bord, le festival a su trouver sa charte graphique et son empreinte esthétique », se félicite François Poirot, l’ancien président du festival.

Les valeurs universelles de la création artistique

« La Bresse a de multiples facettes comme les grumes, déclare Guy Vaxelaire, maire de la Bresse et conseiller général du secteur, en ouverture. La culture a une place essentielle comme facteur de développement, mais aussi d’éveil ». « Des valeurs universelles à transmettre aux générations qui arrivent », comme le remarque Gilbert Payet, surtout quand le thème porte sur l’humanisme, « un objectif toujours poursuivi et jamais atteint, parce que nous sommes dans un monde en mouvance », conclue le préfet. Une belle source d’inspiration quand la crise met sur la table la question des choix de société.

Au programme

–       Projection du film Camille Claudel 1915 réalisé par Bruno Dumont, avec Juliette Binoche : jeudi 9 mai à 20h, vendredi 10 mai à 20h30, samedi 11 mai à 20h30 et dimanche 12 mai à 20h au cinéma Grand Ecran de la Bresse.

–       Ateliers de pratique artistique ouverts au public : mercredi 8, jeudi 9, vendredi 10, samedi 11 mai. Durée de 2h en accès libre. Inscriptions  au 06 13 92 45 30 ou www.mlclabresse. com

–       Jeudi 9 mai à 15h : création en direct d’un buste par Marcel Joosen

–       Dimanche 12 mai : Conférence : « Art et humanisme » par Annie Tremsal- Garillon, artiste peintre plasticienne.

–       Des produits fabriqués par des artisans du Mali sont en vente par le comité de jumelage La Bresse-Manaka pour venir en aide au Mali

–       Boutique du Festival, espace lirairie, espace relais boutique du musée Rodin et un espace de la Poste qui délivre des oblitérations spécifiques le temps du festival.

Des billets sont en vente durant tout le festival. Ils vous permettront d’élire la sculpture Bois que vous préférez pour le prix du public.

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page