Anheim Underground, l’art se jardine …

Le couple vosgien de créateurs, Odile et Claude Anheim, récidivent à la Galerie du Bailly dans leur style reconnaissable et à chaque fois renouvelé. Ils ont planté avec dextérité leurs sculptures, habillé les murs de leurs tableaux, créant un jeu de relief.

A la provocation d’un hypothétique Underground vosgien, les Anheim répondent classique et solide.

Cultiver son jardin… avec art !

Le nouveau thème offert à la lecture du public, c’est le jardin ! Un point d’intérêt commun du couple avec ses nombreuses déclinaisons de fruits exotiques et secs, ses feuilles, ses insectes, ses animaux et même ses statues.
Comme au marché, c’est du frais, du sain. Faite de quasi innocence, cette exposition nous réconcilie avec l’art en général et celui de l’avant garde culturelle locale en particulier.

Que des coups de coeurs

Les céramiques animalières d’Odile se posent là, charmantes et burlesques. Le rendu est à la fois dynamique et d’une originalité esthétique. Une mention toute particulière est décernée par Lilith, jeune visiteuse de 8 ans, au blaireau pelotonné.

Art sériel

Second coup de coeur pour les « peintures » en relief de Claude Anheim, qui mêlent fruits exotiques en bavoir brodé et cocons de vers à soie,  rangés soigneusement sur un papier précieux. L’art sériel s’exprime à nouveau avec les papillons littéraires, mais sans la cruauté de l’épinglage !

Le jardin écrit le monde

Enfin, sous verre, comme au muséum d’histoire naturelle, un bel échantillon de libellules d’Odile,  chatoyantes de céramique émaillée et de tissus, toutes en finesse et reflets.

Suivant Claude Anheim, « Le jardin écrit le Monde, écrit la vie, écrit l’homme« .  N’hésitez pas !

Valentin Vaxelaire

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page