Conseil municipal – On n’est pas prêt de remettre la lumière la nuit !

Après avoir rogné partout où c’était possible, la ville adopte un budget de 66,85M€ avec 51,29M€ en fonctionnement et 15,56M€ en investissement.

Le challenge était serré : garder un niveau de service équivalent, sans s’endetter et sans augmenter la fiscalité. L’exercice est réussi cette année encore, mais Michel Heinrich, maire d’Épinal, avoue ne plus avoir de marges. « On a supprimé les stylos pour les mariages et rogné la taille des diplômes ! Et on n’est pas prêt de remettre la lumière entre 1h et 5h du lundi au jeudi ! », annonce-t-il. Cette réduction de l’éclairage fait gagner 75 000€.

Un peu plus de recette fiscales mais moins de dotations

Les recettes fiscales augmentent un peu (+360 000€) avec un montant de 18,03M€ contre 17,67M€ en 2015. Les dotations de l’État, elles, baissent de 1,39M€. Les dotations de compensation et autres impôts sont également diminués, de même que les recettes de service. En totalité, les recettes perdent 1,9M€. Elles s’élèvent à 51,29M€ contre 53,2M€ en 2015.

Un niveau d’autofinancement qui se maintient

Le niveau d’épargne qui correspond à la capacité d’autofinancement est de 6,14M€ contre 6,3M€ en 2015. Le minimum est fixé à 5,8M€ pour pouvoir assurer l’entretien du patrimoine. Mais la ville a choisi de provisionner 100 000€ pour affronter les restrictions de 2017.

Une masse salariale contenue mais des départs pas remplacés

Les dépenses de fonctionnement comprennent la masse salariale pour 27,76M€, soit une baisse de 100 000€. Déduction faite des transferts à la communauté d’agglomération, les charges de personnel n’augmentent que de 0,76%. Ce sera possible uniquement parce que la ville ne remplace que 7 personnes sur les 18 départs prévus en 2016.

Une baisse des charges de 500 000€

Tous les services ont été mis à contribution pour obtenir une baisse des charges de 500 000€. C’est l’ère des économies de bouts de chandelles. Quant aux subventions versées au CCAS et autres aides sociales, elles sont en baisse de 80 K€. « On veut bien participer à l’effort de redressement mais l’État nous transfère toujours plus de charges, comme les passeports qui nous coûtent 120 000€ et pour lesquels on nous donne 10 000€ de compensation ! », s’insurge Michel Heinrich.

Un investissement de 15,56M€

L’investissement s’élèvera à 15,56 M€, avec 10,22M€ pour les dépenses d’équipement. Ce qui ne permet pas de faire tous les travaux nécessaires. Il faudra encore plus choisir. L’amélioration du cadre de vie et voiries représente 61% de ces investissements, l’entretien du patrimoine 22%, la rénovation urbaine 8%, les écoles 6% et le développement culturel 3%. Un nouvel emprunt de 5,34M€ sera engagé pour boucler cette partie du budget.

Quelques gros travaux programmés

Parmi les gros travaux, 954 000€ sont destinés au rachat de cellules commerciales au Centre des 4 Nations, une opération blanche en fin de réalisation, 950 000€ pour un nouveau parking en bas de la rue Saint-Michel qui devrait compenser ceux qui seront supprimés lors de la requalification de la place de l’Âtre, 354 000€ pour finir l’accessibilité des bâtiments publics et 235 000€ pour terminer l’aménagement du parc du château.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page