Cour régionale des comptes – Michel Heinrich : « Je n’ai pas dit mon dernier mot ! »

Révolté, déçu, dépité ! Michel Heinrich n’a plus assez de mots pour exprimer son amertume. « Malgré mon expérience politique et parce que je fonctionne ainsi, j’ai sincèrement cru que l’Intérêt général allait l’emporter. » Et pour lui, l’intérêt général c’est clair, c’est à Épinal !

Après avoir rencontré le président de la chambre régionale des comptes de Lorraine, Champagne-Ardenne, multiplié les démarches auprès du 1er président de la cour des comptes, du 1er Ministre et du Président de la République,  Michel Heinrich pensait vraiment avoir convaincu !

La solutions la plus cohérente

« Le maintien de la chambre régionale des comptes à Épinal, était la solution la plus cohérente, tant au plan financier qu’au plan de l’aménagement du territoire, insiste-t-il. Les locaux spinaliens, propriété de l’État, sont récents en capacité d’absorber les effectifs de la chambre de Strasbourg à moindre coût et la localisation centrale au sein de la future grande Région permettait des frais de déplacement réduits ».

Même le maire de Metz soutenait Épinal

Michel Heinrich avait réussi à avoir le soutien de l’ensemble des élus du Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, des Présidents des 4 Conseils départementaux de Lorraine, des principaux élus de Meurthe-et-Moselle et de la majorité des parlementaires vosgiens. « Le Maire de Metz m’a lui-même accompagné à Matignon pour demander le maintien à Épinal. C’est dire que cette perspective était vraiment rationnelle et évidente ! », démontre-t-il.

Il va falloir payer

Pas de doute pour Michel Heinrich, déménager les 2 chambres d’Alsace et de Lorraine-Champagne-Ardenne à Metz, où rien n’est prévu pour les accueillir, est le pire des scénarios ! « Celui auquel nul élu pourvu de bons sens n’aurait pensé ! », commente-t-il. Il va falloir aménager des locaux, payer une indemnité aux 90 agents des 2 chambres qui seront contraints de déménager. « Et quid des locaux spinaliens ?« , interroge le député maire.

« Je suis révolté par le mépris affiché par le Gouvernement »

« La Cour des comptes et les chambres régionales des comptes sont chargées de veiller à la bonne utilisation des deniers publics… C’est pourquoi la solution la plus coûteuse pour l’État a été retenue », ironise-t-il. Et faut-il aussi évoquer l’attachement des Spinaliens à cette chambre voulue par Philippe Séguin à Épinal ? Je condamne cette décision purement politicienne et je suis révolté par le mépris affiché ouvertement par ce Gouvernement face à l’opinion des élus qui représentent pourtant la population et face à notre territoire ».

Les Vosges ne pourront pas être oubliées tant que j’y serai élu !

La grande question est de savoir si c’est le début de la fin. Les Vosges auront-elles une existence réelle dans cette grande Région. Les Vosgiens s’interrogent ! « C’est le début et la poursuite d’un combat. Nous allons continuer à nous battre et de plus belle. Les Vosges ne pourront être ignorées tant que j’y serai élu. Et pour ce qui concerne la Cour régionale des comptes, je n’ai pas dit mon dernier mot ! »

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page