Demain, l’aube d’un réveil : Et vous, vous vous sentez concerné ?

Vendredi soir, les Cinés Palace étaient pris d’assaut. Une centaine de personnes ont dû choisir une autre séance. Les associations avaient battu le rappel pour le film « Demain », un documentaire politique de Mélanie Laurent et Cyril Dion, qui veut montrer que des solutions sont possibles pour vivre sans énergies fossiles, avec d’autres priorités. L’après COP21.

Une étude scientifique qui annonce l’effondrement de l’humanité d’ici 2100. L’eau et la nourriture manqueraient, les villes seraient envahies par les océans … Refusant de subir sans rien tenter, Mélanie Laurent et Cyril Dion partent avec 4 personnes, faire un tour du monde à la recherche des initiatives qui »changent le monde ».

9 pays, 5 thèmes

Ils ont visité 9 pays autour de 5 chapitres, l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation et rencontré leur mentor le Britannique Rob Hopkins qui avec humour  a lancé en 2006, le mouvement Villes en transition à Totnes, dans le sud de l’Angleterre.

Envie de faire aussi

Il y a de l’énergie, de la détermination à ramener un reportage, qui donne envie de faire aussi. Rien ne va plus dans ce bas monde, socialement, économiquement, écologiquement. On a perdu le sens du bien-être et du vivre ensemble, alors qu’attend-on pour vivre autrement ?

Une énergie qui traverse l’écran

Des images poétiques, une énergie qui dépasse l’image et se communique. Au fil des pays, on adhère à ce qu’on voit et on aurait presque envie de rejoindre les habitants impliqués. A Détroit, ils créent une ville autonome pour se nourrir eux-mêmes. Ils inventent l’agriculture urbaine. Ce n’est pas romantique, c’est dur ! Les gens n’ont pas forcément les connaissances de la terre, mais ils ont plus de liberté. A Todmorden, ce sont les espaces verts municipaux qui sont utilisés pour planter des fruits et légumes. Des denrées de qualité, locales et consommables gratuitement.

Nature et équité

Il faut changer la façon de voir les choses et s’impliquer là où on vit. Le futur se trouve dans une autre représentation. Consommer moins, faire corps avec les lois de la terre et des humains. « Les États sont plus en phase avec les pouvoirs économiques qu’avec les gens« . Dans des sites où l’on développe « la permaculture ». C’est une façon d’organiser l’agriculture avec efficacité en respectant les lois naturelles, les hommes, puis de partager l’espace, l’organisation et la production avec équité.

Le confort sans pétrole !

A Copenhague, en Islande ou à La Réunion, on oublie les énergies fossiles pour le solaire, les panneaux couvrent les serres, des éoliennes sur la mer, la vapeur issue du sol acheminée par pipeline à travers le pays. Le même confort sans le pétrole ! D’ici 11 ans ce sera devenu réel. A San Franscisco, ils recyclent 100% de leur déchets, fabriquent du compost de qualité pour les cultures et créent des emplois. Plus d’incinérateurs ni de rejets toxiques.

Une monnaie locale, l’affaire de tous

A Bâle, on découvre le WIR, une monnaie locale réservée aux entreprises qui permet de privilégier l’économie locale. En Inde, la vie commune s’organise en démocratie partagée, ethnies mélangées et les choses progressent formidablement vite parce que tous s’y mettent. A chaque fois, l’expérience part d’une initiative locale qui fait boule de neige. Soutenue par le pouvoir en place, elle devient un projet où tous s’impliquent.

De nouvelles organisations collaboratives

C’est la mobilisation de tous, la volonté d’aboutir et le vécu commun qui en fait une réussite. Ces expériences prouvent que ces nouvelles organisations sociales, économiques et politiques correspondent aux attentes d’hommes et de femmes qui les portent et partagent un vécu d’autant plus fort que tout est à faire. La croissance, le chiffre d’affaires ne sont plus les maitres mots. On y parle plutôt humanité, collaborations, initiatives … et à ce stade, le lien social et la cohésion de groupes ne posent plus problème.

Ouvrir la réflexion

Le film est un peu lent, comme s’il voulait nous laisser le temps d’intégrer les concepts, nous imprégner de cette énergie qui déborde, de cette humanité qui a le sourire !  Mais il a le mérite d’ouvrir la réflexion et d’être concret. Porter d’autres valeurs, c’est possible et ça marche ! Par contre, le débat, a eu du mal à sortir des sentiers battus par les associations présentes. La salle ne s’est pas emparée de ce contenu pour rebondir et on est resté sur des initiatives intéressantes, mais déjà connues. Dommage !

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page