Docelles – Un TER percute un camion bloqué sur le passage à niveau, un seul blessé !

Un semi remorque espagnol de 40 tonnes s’engage dans la rue d’Alsace qui coupe la voie ferrée. On suppose qu’il suivait les indications de son GPS pour aller charger une cargaison à la société forestière Docelloise qui se trouve un peu plus haut, mais cette hypothèse n’est pas confirmée.

Pont limité à 2,50m

Toujours est-il qu’il n’a pas remarqué que la hauteur était limitée à 2,50m. Arrivé près du pont, il a vu qu’il ne passait pas et a commencé à manoeuvrer, mais il s’est mis en portefeuille. Il est resté coincé sur le passage à niveau. Il était aux environs de 17h15.

Le TER ne peut pas stopper assez vite

L’heure où passe le TER Épinal-Saint-Dié, qui transporte des scolaires et des travailleurs, et s’arrête à Docelles. Il redémarrait après son arrêt et n’allait donc pas très vite. Le conducteur a tout de suite aperçu le camion, qui bloquait une partie de la voie et commencé à activer le freinage d’urgence, mais le TER qui venait d’être lancé, n’a pas pu être stoppé aussitôt.

Le choc n’est pas trop violent

Le choc n’a pas été trop violent grâce à la présence d’esprit et à la réactivité du conducteur. A bord, en plus du conducteur, se trouvaient 35 passagers et un contrôleur. Tous sont indemnes ! Les gendarmes ont tout de suite informé les passagers des causes de l’accident, mais aucun ne s’est plaint d’avoir eu peur. Ils rapportent avoir entendu un bruit, senti un choc qui les a bousculés, mais sans avoir vraiment eu le temps d’être effrayés. La cellule psychologique ne semble pas nécessaire.

Le TER absorbe bien le choc

« Une chance, la machine était récente et a bien absorbé le choc « , se félicite Jean-Pierre Moinaux du Conseil général, venu sur place et heureux d’avoir évité une catastrophe qui aurait pu être dramatique. Pas de blessés dans le train, mais 2 passagers se plaignent quand même de douleurs aux cervicales.

Le conducteur du camion évacué sur l’hôpital d’Épinal

Par contre, le conducteur du camion a encaissé plus durement le choc. La cabine du camion a moins bien résisté. Il est gravement blessé aux membres inférieurs et a été évacué vers le Centre hospitalier d’Épinal. Une vingtaine de Sapeurs pompiers de Cheniménil-Docelles, Bruyères et Épinal, étaient présents sur les lieux. Les secours sont venus en nombre et très rapidement. Ce dont se félicitait Jean-Pierre Moinaux, qui a apprécié l’efficacité du système de secours et de sécurité.

Un bus pour les passagers

Vers 18h30, les passagers ont été pris en charge par un bus qui les emmenés jusqu’à destination. Christian Tarantola, maire du village et conseiller général était sur place, prêt à intervenir si nécessaire. Les gendarmes avaient également mobilisé leurs troupes. Ils ont dû gérer la sécurité du site, s’occuper des passagers et mener l’enquête. Des techniciens de la cellule d’investigation ont fait les relevés de traces.

La sécurité bien assurée

La brigade de Bruyères, les brigades motorisées de Saint-Dié et de Remiremont étaient venues en renfort sous les commandements du Major Philippe André, commandant de la brigade de Bruyères, du Capitaine Christian Fichant, adjoint au Commandant de la compagnie de Saint-Dié et du Colonel Didier Antoine du Ggroupement départemental. Le commandant Gérard, officier de police judiciaire et le Major Dominique Royer de l’escadron départemental de sécurité routière étaient également  sur les lieux.

Dépannage délicat

Le dépannage et le nettoyage des voies ont été un peu plus compliquées, car la SNCF craignait d’avoir des problèmes avec les installations car le cable de la fibre optique a été en partie arraché. Le garage Tanguy de Sainte-Marguerite-Thiaville a dû redoubler de prudence pour enlever le camion accidenté.

Les

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page