Élections régionales – La liste Richert appelle à réagir !

Ce matin dès 9h, la liste de Philippe Richert et les parlementaires appelaient à un sursaut démocratique, bien au-delà des partis politiques. Ils craignent pour le département. La question à se poser n’est pas nationale, mais bien locale. A qui confie-t-on les clés de la région ? La région, c’est l’économie, les transports, les lycées, la formation, le quotidien !

Il est clair que la population a exprimé son désaveu de la Droite, comme de la Gauche. Les gens ne veulent plus de discours. Lassés de ne pas être entendus, ils essaient autre chose. Le FN n’a encore jamais été au pouvoir. Avec de tels scores, c’est plus que de la provocation … Les colistiers et les parlementaires en ont bien conscience. « La France est en danger, la Région est en danger. Nous avons entendu votre message et nous sommes très inquiets pour l’avenir, assurent les colistiers. »

Le FN n’est pas la solution

« Tout part à vaux-l’eau. Le chômage ne cesse d’augmenter, de plus en plus de gens sont dans la précarité, poursuit Gérard Cherpion, tête de liste des Vosges. La France est meurtrie, mais le Front National n’est pas la solution ! Il prône le retour au franc, mais si on le fait, les gens perdront 50% de leurs économies, est ce qu’ils en ont conscience ? Dans les Vosges, près de 50% des entreprises exportent. Que deviendra l’économie si l’on ferme les frontières ? Ce sera la catastrophe ! »

Fermer les frontières est incohérent

« Le FN fait campagne sur la sécurité et contre l’émigration, mais la Région n’intervient pas sur ces 2 thèmes. Ça ne fait pas partie de ses compétences ! La sécurité dépend de l’État. Par contre, le FN parle de fermer les frontières et dans une Région frontalière où les gens ont des entreprises qui font affaires dans plusieurs pays  et où il y a des milliers de frontaliers, c’est assez incohérent ! », insiste Michel Heinrich, Député maire d’Épinal.

Le FN n’a jamais siégé à la Commission européenne

« Marée noire sur la France »  comme titre un journal belge ! « Je suis catastrophée ! avoue Véronique Mathieu. J’ai siégé dans la commission des libertés civiles à la Commission européenne. On a réformé Schengen, le droit d’asile, pris des mesures anti-terroristes et renforcé Frontex (l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne), on n’a jamais vu aucun représentant du FN ! Dans la commission agriculture, c’était pareil ! Ils étaient isolés, incapables de s’allier. S’ils prennent la Région,  ce sera la même chose ! Les gens doivent prendre conscience de l’imposture ».

Aller chercher les abstentionistes

La Droite fustige l’amalgame qui est fait. Elle réitère avoir des idées, des solutions et l’envie de se battre pour les Vosges. La clé peut être dans le fait d’aller chercher les abstentionnistes. « Quand la situation est grave, la défense de la démocratie passe par les urnes ! ». » Que les gens ne se retrouvent pas dans cette politique et la sanctionne, je le comprends, renchérit Jacky Pierre, sénateur des Vosges. Ils ont mis un point à la ligne, mais les choix qu’ils font, que vous faites, vont concerner les jeunes. Pensez à vos enfants et vos petits-enfants ! Et le plus grand parti, ce sont les abstentionnistes. Déplacez-vous et allez voter ! ».

Appel au retrait de Jean-Pierre Masseret

Tous appellent de leurs voeux le retrait de la candidature de Jean-Pierre Masseret, PS, qui a fait un moins bon score, en espérant que les voix se reporteront à Droite pour faire barrage au FN. Pour l’instant, ce n’est pas gagné ! « Je ne comprends pas Jean-Pierre Masseret, qui a toujours fustigé la montée de l’extrémisme, s’indigne François Vannson et là, il lui ouvre la voie. Il est désavoué, isolé. Que le bon sens l’emporte ». « L’équipe Vosges est en marche, maintenant, il faut choisir ! Et le FN, ce serait la régression, la catastrophe ! »

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page