Actualités

En marche – Alisson Hamelin candidate sur la 1ère circoncription

En marche présentait samedi ses candidats pour la 1ère circonscription, Alisson Hamelin et Bernard Visse, très connu sur le secteur. L’occasion d’ inaugurer le local de campagne au 19 avenue du Général Leclerc, juste au coin de la rue.

Alisson Hamelin, 35 ans, n’est dans les Vosges que depuis un an et demi, mais elle a la pêche !  « J’ai un regard neuf, mais je suis mariée à un Vosgien de souche, explique-t-elle. Mon peu d’ancienneté sur le secteur m’a fait hésiter, mais je suis entourée de gens bien ancrés sur le territoire et je suis hyper motivée et hyperactive ! Ma neutralité va me permettre de vraiment représenter les citoyens vosgiens ». C’est son premier mandat politique.

Dépasser les clivages Droite-Gauche

Elle vient d’un laboratoire agricole où elle était responsable Grand Est et travaillait sur les perturbateurs endocriniens et les OGM. Elle a donné sa démission pour se consacrer à la campagne. Elle habite Thaon-les-Vosges, croit au renouvellement des équipes portée par Emmanuel Macron et propose de dépasser les clivages Droite-Gauche pour travailler sur la proximité.

Remettre la France au coeur de l’Eutope

Elle parle de dynamiser la France, de la remettre au coeur de l’Europe. « Il y a un Président qui a réuni 65% des suffrages, il faut lui faire confiance. C’est une nouvelle équipe, de nouvelles méthodes, cette énergie, on va l’impulser sur les Vosges ». Quant à la loi Travail qu’Emmanuel Macron veut approfondir, « il faudra expliquer les mesures, moi je suis convaincue de sa pertinence ».

Un suppléant connu pour les Imaginales

Bernard Visse est son suppléant. A 64 ans, il a commencé comme chargé de mission de Philippe Seguin, puis il a initié et dirigé les Imaginales pendant 12 ans. Il a pris la responsabilité de la politique événementielle et culturelle sur Épinal et Saint Quentin et a même été directeur d‘une radio locale associative Radio Vallées Vosges.

Un renouveau politique

« Je crois que Les Républicains n’ont plus grand chose à voir avec la politique de Philippe Seguin ni même de De Gaulle, explique-t-il. De coeur, je suis plus à Gauche qu’à Droite et je n’ai jamais été militant. Mais le programme de François Fillon était brutal. Il faisait payer les petits. Je ne veux pas François Baroin devienne 1er ministre et remette en place les gens que l’on veut virer ! Mais on ne se bat pas contre un parti mais pour qu’Emmanuel Macron ait une majorité ».

Revitaliser les Vosges

« Nous voulons dépasser les réflexes classiques Droite-Gauche, rassembler, avec un sens de l’équité et de l’équilibre, s’enflamme-t-il. Nous voulons revitaliser les Vosges. Nous sommes condamnés à réussir, à être digne de la confiance que les Français et les Vosgiens ont mis dans ce nouveau mouvement« . « Nous ne serons pas des rentiers ! « , conclut Alisson Hamelin.

Prouver la probité des candidats

Mais les affaires ont laissé des traces. Une sympathisante veut être sûre que les candidats ont les qualités morales requises, avant de voter pour eux et « elle ne plaisante pas ! », assure-t-elle ! « Les mesures sur la moralisation de la vie publique doivent passer avant le 18 juin », rassure Bernard Visse. « C’est un renouveau politique, confirme Jocelyne Allane Voilquin, qui rallie le mouvement. Nous sommes 2 anciennes championnes sportives, Alisson en course automobile (2 fois championne de France en course de cote et de montagne) et moi en judo, on ne laissera pas passer !« . Mais il en faut plus pour qu’elle s’en laisse compter.

Dégoûtés des rentiers

Arnaud Dubief a lancé le mouvement En marche dans les Vosges en mais 2016 avec Sandra Bargeot. « Un moyen d’aller à la rencontre de la population et d’être à l’écoute des attentes. Nous sommes dégoûtés des politiques y compris des locaux. Je suis un Européen convaincu qui veut libérer les énergies en protégeant mieux notre activité ».

Alisson n’en fera pas un métier !

« Nous voulons casser les rentes politiques qui s’accaparent les postes pour en faire un métier. Alisson Hamelin n’en fera pas un métier ! Elle prend des risques. Comment peut-on entrer en politique et dire dans 19 ans je me présenterai à la députation ? Le programme des Républicains a changé 3 fois, comment peut-on voter pour une telle incohérence ?« , s’insurge Arnaud Dubief. Sandra Bargeot est sur la même longueur d’ondes.

Les autres candidats En marche

  • 2e circonscription : Saint-Dié

Christine Urbès , qui s’occupe de création d’entreprise. Elle est conseillère municipale d’opposition à Saint-Dié-des-Vosges.

  • 3e circonscription : Remiremont

Claude Thirard, 57 ans. Il a été conseiller municipal à la Bresse, a travaillé dans le textile et a été à plusieurs reprises l’adjoint de Guy Vaxelaire.

  • 4e circonscription : Neufchâteau

Après quelques rebondissements, En marche a investi Raynald Magnien-Coeur-d’Acier, le maire de Monthureux-sur-Saône, très engagé dans l’insertion.

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page