Épinal – Le feu prend dans un appartement du « bulding », 42 personnes évacuées

Cet après-midi, vers 13h20, le feu prend dans un appartement au 3e étage du « bulding », 9, avenue du Maréchal Delattre de Tassigny. Une tour où il y a une majorité de personnes âgées. Quand les pompiers arrivent, la fumée a envahi la colonne d’escalier jusqu’au 11e étage. ! 42 personnes sont évacuées. 3 personnes sont emmenées au Centre hospitalier Émile Durkheim.

Christiane est installée à la salle de convivialité de Saint-Laurent, pour récupérer comme ses 39 co-locataires. Elle raconte : « Ma voisine, affolée, m’a appelée parce qu’il y avait de la fumée. Je n’ai pas perdu mon sang froid, je suis allée voir. Ça fumait partout, ça crépitait dans le couloir et j’ai même vu des flammes sortir du placard du couloir« .  Ni une ni deux, elle referme la porte et donne l’alerte. « On a eu vite fait de sortir ! « .

La dame avait laissé la porte ouverte

Quand les pompiers arrivent, les flammes ont gagné l’appartement et la fumée a envahi toute la cage d’escalier ! « La dame avait laissé la porte ouverte, le feu n’a pas mis longtemps à se propager ! Il faut bien rappeler qu’il faut toujours fermer la porte pour contenir un début d’incendie« , insiste le capitaine Thomas Paine, chef de colonne. Le feu s’est propagé à l »appartement d’en face.

Il y avait tellement de fumée que je ne voyais plus la porte

Les pompiers évacuent les premières personnes par la grande échelle. « Ça s’est relativement bien passé », confie le capitaine Paine. Une dame se trouve à la fenêtre au 5e étage. Tout à coup, les secours ne la voient plus. Elle a un malaise. Les pompiers lui enfilent une cagoule de survie et  la ramènent vers la nacelle pour l’évacuer.« Il y avait tellement de fumée que je ne voyais plus la porte« , raconte Françoise, du 7e étage. Impossible de rester dans l’espace intérieur ! Les pompiers cassent des carreaux pour provoquer une aération.

Impressionnant !

Le plastique répand ses odeurs écoeurantes de chimique fondu. Ça claque sinistrement. « j’entendais des craquements, poursuit Françoise encore toute retournée,  J’imaginais déjà le bulding s’effondrer et nous ensevelir. j’ai appelé mon mari pour qu’il reste près de moi ». Au 7e, Paulette sort sur le balcon voir ce qu’il se passe. « En me retournant, j’ai vu la fumée. C’est un peu impressionnant ! », reconnait-elle. Une de ses voisine enchaîne :  » J’ai vu le Monsieur d’en face, je lui ai fait signe. Il a mimé qu’il avait téléphoné ».

Évacués par la cage d’escalier

Une fois, la cage d’escalier un peu désenfumée, il est possible d’évacuer les locataires par les escaliers. Ouf ! C’est beaucoup plus facile et moins traumatisant pour des personnes qui s’aide parfois d’une canne, que d’enjamber la grande échelle ! Au 2e étage, il faut insister pour qu’Élise sorte aussi. « J’ai entendu hurler, mais j’ai cru que c’était un mari qui tapait sur sa femme, glisse-t-elle. Mais Paulette est inquiète. Elle n’a pas trouvé son chat avant d’être évacuée. Qu’à cela ne tienne, les pompiers le lui ramènent !

Diagnostic d’intoxication

Les personnes évacuées sont d’abord accueillies dans l’église Notre-Dame, en face de la tour, où s’est installé le Poste de commandement des secours. 2 médecins et 2 personnes du SMUR sont sur place pour évaluer le degré d’intoxication des locataires exposés et faire un premier diagnostic. 3 personnes auront été intoxiquées, dont 2 sérieusement. Elles sont transportées au centre hospitalier d’Épinal. Patrick Nardin, 1er adjoint de la ville est sur place.

A la salle familiale de Saint-Laurent

Après ce premier diagnostic, les 39 personnes sont emmenées à la salle familiale de Saint-Laurent, pour se remettre de leurs émotions.Elles sont prises en charge par la Croix rouge et les services de la ville. Michel Heinrich, député maire, Patrick Nardin, 1er adjoint et Jérôme Marchal s’attachent à réconforter les personnes et les rassurent. La situation est bien en main.

2 foyers relogés

Une fois le feu maîtrisé, 2 appartements au 3e étage sont inhabitables, les personnes vont être relogées. Les autres locataires ont pu regagner leur domicile vers 17h30, accompagnés par les pompiers. Ils devront supporter les odeurs de plastic et fumées. « Les odeurs, on s’en fout ! » déclare crument Michelle, tout simplement pressée de rentrer chez elle. Geneviève qui habite le 1er étage, était absente. Elle était partie manger à l’extérieur. Drôle de choc, quand elle a appris la nouvelle !. Elle a rejoint le groupe à la salle de convivialité.

Des moyens  conséquents

45 pompiers étaient engagés, 3 fourgons pompe, 4 véhicules de sauvetage aux victimes, 2 échelles et 10 véhicules de commandement. Aux commandes, l’adjugeant chef Bruno Contini et le lieutenant colonel Gille Aguié. La zone était sécurisée par la police. L’enquête est en cours, mais il semble fort probable que l’origine soit électrique et accidentelle.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page