Épinal – Portes ouvertes à l’ESAT des Épicéas

C’était journée portes ouvertes ce samedi ! Le personnel et les personnes handicapées accueillaient avec chaleur la cinquantaine de parents et d’amis des travailleurs de l’ESAT. L’ESAT d’Épinal est un des 28 établissements de l’ADAPEI des Vosges. Il fait travailler 145 adultes déficients intellectuels.

Depuis 1974, l’ Établissement et Service d’Aide par le Travail « Les Epicéas » dans la zone de la Voivre, regroupe une menuiserie, une blanchisserie, de la sous-traitance industrielle et une cuisine centrale. Audrey, animatrice depuis 7 ans aux Epicéas, oriente les visiteurs vers la buvette d’accueil tenue par Véronique et Isabelle, habituellement à la sous-traitance.  Devant les panneaux qu’ils ont préparés, Jessy et Fabien expliquent qu’ils travaillent par équipe de 7 avec deux encadrants en services extérieurs. Ils assurent des prestations dans les espaces verts ou dans l’entretien et le nettoyage industriel, comme chez EGGER à Rambervillers.

Sous traitance industrielle : 40 employés

La visite est guidée par le directeur adjoint Jean-claude Ramorino  avec force détails.  » C’est dingue! De l’extérieur, cela fait tout petit! » s’exclame une visiteuse. Effectivement, le bâtiment est bien plus grand une fois à l’intérieur, tout particulièrement dans le secteur sous-traitance industrielle, où les rince doigts sont mis sous vide, les spatules assemblées, les pots en fibres végétales reconditionnés et classés par 40 employés. « C’est drôlement propre et rangé ! », admirent les visiteurs.

Des astuces techniques pour s’y retrouver

Dans le laboratoire alimentaire, les employés travaillent pour VISKASE de Thaon-les-Vosges. Les normes 22000, imposées et contrôlées par le client, sont vérifiées par des bureaux de contrôle extérieurs. »Nos clients attendent le respect des délais, de la qualité et de la traçabilité. Toutes nos installations respectent les normes industrielles ou sanitaires imposées. Les chefs d’ateliers et animateurs trouvent des astuces techniques, pour que du personnel qui ne sait ni lire ni compter, puisse malgré tout assumer la tâche adaptée à son niveau de handicap« , se félicite le directeur adjoint.

Rendre autonomes les travailleurs

« En blanchisserie, nous faisons beaucoup de linge de restaurants ou de la Ville d’Epinal, aussi nous utilisons beaucoup de codes couleur et cela marche, nous n’égarons rien. ! Notre établissement a vocation à rendre autonome son personnel, pour le mettre à disposition dans les entreprises. C’est long, cela demande de la patience et beaucoup de formation ou d’adaptation, mais nous y parvenons« . Hélène, mère de Sébastien, confirme que ce dernier est maintenant polyvalent depuis 2 ans, alors qu’il travaille depuis 17 ans aux Epicéas: « Il est très content de son travail, il se rend à l’ESAT comme d’autres à l’usine, naturellement« .

La concurrence est dure !

Plus loin, en menuiserie, les lattes de chêne pour les cuves de vinification sont empilées avec méthode sur les palettes par deux employés. Par contre, les panneaux de cuisine en chêne restent affichés en hauteur comme des trophées oubliés, mais les temps sont durs : « Nous avons perdu nos 4 clients la même année« , regrette Nicolas. Les coffrages en plastique des futures traverses de chemin de fer compensent ce manque d’activité. Pascal est heureux de montrer comment il fixe des amortisseurs de vibrations à l’intérieur « pour le TGV, quand il passe dessus « .

Sur mesure

« Nous pouvons faire tous les travaux sur mesure d’industriels ou de particuliers en petit mobilier d’extérieur, précise Nicolas secteur menuiserie. Notre matériel est performant et nos équipes s’adaptent bien ». Ils fabriquent des bacs, barrières, tables de jardin en bois autoclave  régulièrement proposées aux collectivités. Certains parents d’employés les félicitent du travail bien accompli.

V.V.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page