Fico-Cipa – Les salariés sur le marché pour sauver leur entreprise

Ils étaient sur le marché de Bruyères ce matin, pour informer les habitants de la fermeture de leur entreprise prévue en décembre.  « La plupart des Bruyèrois sont passés par la Cipa« , remarque le maire, Yves Bonjean. L’entreprise existe depuis 50 ans. Elle fait partie de la vie de la commune et ici, pas question de laisser tout s’écrouler !

Si les habitants n’ont plus de travail, ils finiront par s’en aller et c’est la vie de la commune qui désertera. FicoCipa, c’est un patrimoine de Bruyères. La direction de l’entreprise veut fermer le site et le délocaliser à Dieuze au siège du Groupe. Mais la grande majorité des salariés ne sont pas prêts à faire 1h1/2 de route pour aller travailler aussi loin. Donc, ils attendent le futur atelier de peinture que la direction a fait miroiter.

Le flou de l’Arlésienne

Mais lors de la table ronde de lundi en préfecture, ce projet avait le flou de l’Arlésienne ! Les délégués pensent de plus en plus que cette annonce est juste un moyen de museler la résistance des salariés en laissant penser qu’il y aura une alternative.

Un report de la fermeture demandé par le préfet

Le préfet a demandé le report de la fermeture, tant qu’une alternative ne serait pas proposée aux 68 salariés dans le cadre de la revitalisation. L’entreprise emploie également 31 intérims.  C’est donc une centaine d’emplois sur la sellette et la vie d’un territoire qui est en jeu.

L’usine est rentable

D’après les salariés, l’usine est rentable. Il y a des commandes et l’entreprise fait du chiffre d’affaires. La raison de cette délocalisation est simplement justifié par le souhait du groupe de gagner encore en compétitivité face à la concurrence polonaise.

Bruyères, le symbole de la lutte du milieu rural pour garder ses emplois

Bruyères devient le lieu de mobilisation symbolique pour toutes les entreprises menacées et pour défendre les emplois et les salaires. Les syndicats appellent à se rassembler sur le site de FicoCipa pour la manifestation du 8 octobre.

Sur les parkings des supermarchés de Bruyères, samedi

Ce Samedi, les salariés seront sur les parking des supermarchés pour informer plus largement la population de la situation. « On sent la population derrière les salariés. Ils ne comprennent pas pourquoi on délocalise une usine qui a du potentiel et qui n’est pas en difficulté ! », témoignent les délégués Olivier Remy et Véroniqque Rey.

Salariés et habitants, une même voix

En tout cas, les délégués du comité d’entreprise parlent d’une même voix et drainent avec eux la population locale, parce que cette entreprise fait partie de l’histoire de la commune. Et pour les salariés et beaucoup d’habitants, elle doit faire partie de son avenir ! A l’heure où l’économie circulaire semble la réponse adaptée, les Vosges se battent pour garder leur activité.

http://www.actu88.fr/bruyeres-les-salaries-de-ficocipa-en-greve-on-vote-la-reprise/

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page