Fonction publique – 400 fonctionnaires dans la rue à Épinal !

Mouvement de protestation général, la fonction publique en a assez et le dit. Gel des salaires depuis 4 ans, précarité, suppression de postes, les agents n’en peuvent plus ! « Le gouvernement oublie ce qu’est le service public ! », protestent-ils. Ils étaient 400 dans la rue cette après-midi révoltés de cette dégradation.

« On met une étiquette sur les fonctionnaires, mais la fonction publique ne va pas bien ! les salariés ne vont pas bien !  proteste Patricia Hacquard, secrétaire CFDT santé sociaux.  On supprime les emplois mais on oublie le service public ».Et trop c’est trop ! « Qu’on prenne des mesures en termes de qualité et qu’on reconnaisse le travail qu’on fait ». La reconnaissance passe par le salaire.

STOP au gel des indices

« Le gel des salaires dure depuis 4 ans, pas question d’une 5e année !« rappellent les agents. Ils demandent également une revalorisation des grilles de salaires, car les compétences ne correspondent plus aux salaires. « La vie augmente, les salaires, non. Parmi les fonctionnaires, nous avons des gens en précarité ».

Le personnel est en souffrance dans les EHPAD

Ils ne veulent plus dans la santé ou les EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) avoir une personne pour faire le boulot de 2 voire 3. « Comment ne pas être « maltraitant » quand on est maltraité soi-même ? », interroge Véronique. « Le personnel est en souffrance dans les EHPAD« , dénoncent les manifestants.

Toujours des suppressions de postes

Sylvain Faion, délégué CGT pour la santé, trouve incohérent qu’on puisse prétendre ouvrir des négociations, alors qu’on ferme la porte en annonçant le gel des indices. « On nous annonce une diminution de 1 milliards d’€. Où va-t-on les trouver ? Ça va encore être des suppressions de postes. C’est la variable d’ajustement ».

Les infirmiers nouvellement diplômés ne trouvent pas d’emploi

« À Ravenel, il manque 1M€ pour boucler le budget. Il est question de supprimer 87 postes en 3 ans. Les infirmiers qui sortent de l’école ne trouvent pas de travail , mais paralèllement à cette situation de blocage, nous recevons des appels au secours, parce que les directeurs « matraquent »  le personnel« . Et de poursuivre : « Avec le crédit emploi compétitivité, le gouvernement vient de rendre 3 M€ à la grande distribution, le gouvernement ferait mieux de les mettre dans les hôpitaux ».

Les réformes territoriales, quel impact ?

Quant aux collectivités, elles cumulent ces restrictions avec les réformes territoriales. « Les conditions de travail sont de plus en plus difficiles, constate Lionel Poirot, délégué CGT pour le conseil général. La reforme de l’urbanisme s’applique au 1er janvier 2015. Personne ne sait  ce que seront les missions. Avec la suppression des départements, que deviendra le personnel ? Il va être déplacé ». Des interrogations qui génèrent du stress.

Et le service public ?

Mais qu’est-ce qu’il se passe ? En tout cas, ils ont prouvé cette après-midi qu’ils étaient prêt à la lutte si le gouvernement n’entendait pas leur cri d’alerte.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page