François-Xavier Huguenot veut créer le cercle Jean Zay pour la Lorraine

Une page se tourne pour François-Xavier Huguenot après 17 ans de mandat de conseiller départemental pour la Gauche. Mais il revendique un bilan et ne quitte pas la politique pour autant.

« Je suis dans la politique depuis que j’ai 8 ans, confie François-Xavier Huguenot, et j’ai adhéré au Parti socialiste avant d’avoir le droit de vote« .  Donc il tourne la page du Conseil départemental mais pas de la politique !

Une belle campagne

Et même si le résultat n’a pas été au bout du parcours, François-Xavier Huguenot estime avoir fait une belle campagne. « Nous étions 4 candidats tous complètement impliqués. Il n’y avait pas de prévalence des titulaires sur les suppléants. Nous avons eu le concours et le soutien de beaucoup d’amis et j’ai fait le meilleur score de la Gauche vosgienne. Ma grande déception est que Marylène Mordasini ne soit pas conseillère. Quelqu’un d’engagé comme elle, aurait été parfaite pour tout ce qui concerne la politique de la santé ».

Il y aura d’autres Rendez-vous

Il attend le bilan de ces nouveaux candidats dans 6 ans … « Une assemblée de 17 hommes et 17 femmes, c’est une révolution et on oublie que j’ai été le seul à défendre cette parité ».  Il a un autre regret : ne pas avoir réussi à réunir les 2 groupes de Gauche au Conseil général. « Plus d’union aurait permis de garder plus de cantons, mais les électeurs ont clairement sanctionné la politique gouvernementale ». Mais la page est tournée, il se veut optimiste : « Il y aura d’autres rendez-vous ! ».

Un cercle Jean Zay

François-Xavier Huguenot travaille à créer le cercle « Jean Zay » pour la Lorraine, en relation avec la fille cadette de ce visionnaire. « Jean Zay a des racines Lorraines, précise-t-il. C’est un grand Républicain qui dans sa prison sous Vichy, réfléchit à la reconstruction de la République ». La situation actuelle se prête à cette réflexion. Les gens s’interrogent sur l’utilité des institutions et demandent des politiques aux mains propres. Ce cercle aurait 2 objectifs : une réflexion sur la République du  XXIe siècle et l’éducation civique.

Un ministre visionnaire

Homme de gauche, radical socialiste, Jean Zay fut à 31 ans, un Ministre visionnaire de l’Éducation nationale et des Beaux Arts sous Léon Blum de 36 à 39. Il s’est attaché à démocratiser et moderniser le système scolaire français. Il prônait l’égalité sociale et la diffusion de la culture.

Ses cendres au Panthéon en mai

En 1939, il s’engage et milite  contre l’armistice. Il est condamné en octobre 1940 pour désertion et enfermé dans la prison de Vichy. Il sera assassiné juste avant ses 40 ans et jeté dans un puits. On ne retrouvera son corps qu’en 1946. « C’est un symbole et le 27 mai, ses cendres devraient être ramenées au Panthéon. Son discours est actuel et il se penchait déjà à l’époque sur l’antiparlementarisme des gens qui ne croyaient plus à la politique« .

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page