Le collectif de soutien à la lutte de Notre-Dame-des-Landes invite à se rassembler samedi

Le collectif appelle à se mobiliser contre l’aéroport et pour le climat, samedi 9 janvier à 11h place des Vosges à Épinal.

Il était une fois le Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Copain). Ces structures n’imaginaient pas dans quelle aventure elles se lançaient. Le but était de se regrouper pour lutter contre un projet d’aéroport consommant 1 650 hec­tares de terres.

Pour le respect écologique et les circuits courts

Un projet en contradiction complète avec les valeurs portées par les adhérents car il induisait la destruction de nombreuses fermes, le gaspillage de foncier. Pour eux, cet aéroport serait un massacre écologique et ruinerait le fort potentiel de circuits courts en proximité de Nantes que représentait la zone.

Quel devenir pour le territoire ?

Cela fait 42 ans que ces terres entre Vigneux et Notre-Dame-des-Landes, à 28 km au nord-ouest de Nantes, sont réservées pour la construc­tion d’un projet d’aéroport international. En 2014, le mouvement a été prêt d’obtenir l’abandon définitif du projet d’aéroport, mais une seconde lutte avait déjà commencé, celle du devenir de ce territoire.

En procédure d’expropriation

Les terres appartiennent aujourd’hui à l’État. Elles font l’objet de mesure d’expropriation pour une cinquantaine de propriétaires qui se réunissent régulièrement pour suivre les dossiers. Parmi eux, 11 exploitations agricoles.

Un lieu de vie où le naturel prime

Il y a plus d’un an, d’une prairie naissait un lieu de vie où quelques camarades de lutte se sont installés. Ils avaient un projet de maraîchage sur place, qui d’un objectif d’autosuffisance au début, s’est de fil en aiguille transformé en projet de groupe. Ils ont uni leurs forces et un magni­fique potager de plus de 2500 m², 3 serres ont émergé.

Autosuffisance et solidarité

Des légumes ont été donnés aux Sans papier de Nantes. Ils ont été transformés en bocaux et coulis. D’autres ont fait des céréales. Une boulangerie, une meunerie et une auberge s’y sont ajoutés. Les opposants à l’aéroport viennent y travailler quand ils le peuvent et ça fonctionne.Cet investissement collectif permet de vivre et démontre qu’il est possible de faire d’autres choix.

Et vous, que voulez-vous demain ?

La-bas, ils parlent collectif, bio, autosuffisance, solidarité. « Ce qui nous engage, c’est notre réflexion pour l’avenir. Nous consi­dérons que si notre diversité peut être compliquée à gérer, elle est surtout notre richesse et notre force« . Et avec la COP21 et l’urgence Climat, elle pose le problème de l’avenir. Quelle vie voulons demain ? Il n’ y a pas qu’une vérité? C’est ce que les militants veulent faire entendre ! Et vous, vous voulez quoi demain ?

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page