Actualités

Législatives – Camille Zeghmouli, candidat de la proximité pour le Parti lorrain

Le parti lorrain part en campagne ! « Nous ne sommes pas en avance, ce sont les autres qui sont en retard », défendent les candidats, Camille Zeghmouli sur la 1ère circonscription (secteur d’Épinal) et Thomas Riboulet, président du parti lorrain. Les législatives se dérouleront en juin 2017, mais ils sont dans les startings blocks pour opposer une alternative de proximité aux partis traditionnels.

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée Claude Gellée d’Épinal, Camille Zeghmouli, a ses racines dans cette ville, il y est né. Investi politiquement à la mairie de Golbey comme adjoint chargé de l’Éducation, il a décidé qu’il était temps d’aller plus loin pour défendre sa vision. Le candidat du Parti lorrain est âgé de 51 ans, marié et père de 4 enfants.

Une alternative aux partis traditionnels

« Le parti lorrain se fonde sur les valeurs humaines, la proximité et la transparence, déclare-t-il, et il propose une alternative démocratique aux partis traditionnels. Il ouvre sa porte aux déçus de la politique pour une représentation de la société civile ». Il prône la proximité, le renouvellement des élus et part en guerre contre la Grande Région.

On est en train de tout perdre !

« Les départements sont en danger du fait de l’éloignement, argumente-t-il. On est en train de tout perdre ! La cour des comptes est délocalisée, la CCI est regroupée, il ne reste qu’une Agence. L’Inspection académique est centralisée et le TGI risque de suivre. Il faut créer de nouvelles lois pour protéger les territoires, qui doivent rester au coeur de l’action politique et économique ».

Si notre département n’est pas représenté, il ne sera pas défendu !

« La situation actuelle met en danger la cohésion sociale en éloignant les centres de décision, estime Camille Zeghmouli. En supprimant des institutions, les fonctionnaires s’en vont et leur départ met en danger les villes et leur attractivité. Les assemblées sont composées de régionaux qui travaillent dans l’intérêt de la France, mais Philippe Richert défend avant tout l’Alsace. Si notre département n’est pas représenté, il ne sera pas défendu !« .

Nous voulons être décideurs

« Les hommes politiques ont un train de retard face à la globalisation financière. Ils sont dépassés et soumis. Les contre pouvoirs sont devenus les pouvoirs. Nous voulons être décideurs et pas suiveurs. Nous voulons mettre fin à ces affaires qui secouent la politique. Il faut des élus exemplaires, transparents, qui exécutent 2 mandats au plus pour favoriser un renouvellement des élus et éviter les copinages et les conflits d’intérêts. On doit se réveiller !  On n’apprend pas les langues pour aller travailler à l’étranger ! Il y a un discours à revoir« .

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page