Manifestation des maires – Ils en ont ras-le-bol !

Hier, dans tous les départements de France,  les maires hurlaient leur ras-le-bol ! Ras-le-bol des dotations en baisse, des services publics qu’on enlève aux communes, de ne plus pouvoir remplir leur mission et d’en être critiqués. Les élus veulent sauver leurs communes et ils sont bien décidés à se faire entendre.

Ils étaient rassemblés quelles que soient leur étiquette politique, parce qu’ils sont tous confrontés aux mêmes problèmes, « à des décisions d’une violence inouïes »  comme l’exprime Michel Heinrich, député maire d’Épinal et qu’ils ont le sentiment  de n’avoir en face que « mépris et abandon » !

Proximité en danger

« La commune est le premier niveau de l’organisation du pays et c’est un garant de la proximité, rappelle le président de l’association des maires, Dominique Peduzzi. « Une proximité qui risque de disparaître », alerte Jacky Pierre, sénateur.

Des milliers d’heures offertes

C’est 6676 élus en France, dont une majorité sont bénévoles, mais ils ne se contentent pas d’assister au conseil municipal, ce sont eux qui font vivre les communes. Ce sont des milliers d’heures gratuites offertes généreusement, qui serait prêt à faire ce qu’ils font ? ».

Moins de services, plus de fiscalité

Les communes ont des missions de sécurité, de viabilité hivernale, d’éducation, gérer le bien vivre ensemble, … « La fonction publique ne reprendra pas nos missions, au contraire, elle s’en désengage de plus en plus, mais avec la diminution des dotations, c’est 1/3 des dépenses remises en question », poursuit-il. Donc moins de services, des tarifs beaucoup plus chers, plus de fiscalité et moins d’égalité pour les habitants ! Les collectivités n’auront bientôt même plus les moyens d’entretenir leur patrimoine !

Investissements en berne, du chômage en plus

« La commande publique a diminué de 12,4% en 2015, les projections donnent une baisse de 30% en 2017, imaginez l’impact ! », poursuit Michel Heinrich, député maire d’Épinal en donnant quelques autres exemples : le conservatoire n’aura pas de subvention cette année, la communauté d’agglomération devra se débrouiller. Et pour les passeports et cartes d’identité réalisés en mairie, c’est une aide de 10 000€ pour 5 personnes embauchées.

Avec de la concertation !

« On veut bien participer à l’effort général mais avec concertation et cohérence. Et que l’État montre l’exemple ! Il veut baisser les primes des fonctionnaires sauf pour la Chambre régionale des comptes ! Nous sommes capables de trouver des idées, mais il nous faut de la concertation, de la considération, des délais et un plan de bataille » insiste le député maire.

Déconnexion du quotidien

Déconnexion du quotidien, constate Daniel Grémillet, sénateur. « Il y a quelque chose qui ne va plus dans notre pays. On veut supprimer les mandats multiples mais les maires sont les seuls en lien direct ! Les communes sont les 1ers investisseurs. Si elles n’ont plus les moyens d’investir, on supprime le secteur qui rapporte de l’activité, tous les acteurs économiques sont concernés. On nous demande de la solidarité, mais pour pouvoir y faire face, il faut des richesses et de l’activité économique ».

Juste de l’honnêteté !

« Il n’y a jamais eu autant de jeunes à l’étranger, poursuit-il, c’est bien s’ils reviennent. Mais ces territoires ne donnent plus envie aux jeunes d’investir ! Ce sont nos cerveaux que nous perdons et ceux qui nous bousculent ! ». Les élus tirent la sonnette d’alarme. « Ce ne sont pas des pleurnicheries, il y a de grands dangers pour nos concitoyens et c’est juste de l’honnêteté ! »

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page