Mattaincourt – Choc frontal sur la RD166, la petite fille et sa grand-mère sont tuées dans l’accident

Hier soir vers 20h45, un choc frontal d’une extrême violence s’est produit entre une Xantia et une Golf. La petite fille de 4 ans 1/2 et sa grand-mère de 65ans sont mortes dans l’accident. La mère est gravement blessée, mais son pronostic vital n’est pas engagé.

La golf et ses occupants, la mère, sa fille et la grand-mère rentraient chez elles à Mattaincourt, quand le choc frontal s’est produit pour une raison encore indéterminée. Il semble cependant que la conductrice de la Xantia, âgée de 26 ans habitant Uzemain, ne soit pas dans son état normal.

Des tests d’alcoolémie et stupéfiants

Elle prétend qu’elle n’était pas seule dans la voiture et que ce n’est pas elle qui conduisait. Pour l’instant, elle a été emmenée, simplement légèrement commotionnée, à la Brigade de Dompaire pour des tests d’alcoolémie et de stupéfiants.

La petite fille tuée allait fêter ses 5 ans

Daniel Vinot, maire de Mattaincourt, est sur place. Il connait la famille. La petite fille était scolarisée en maternelle. Elle allait fêter son 5e anniversaire le 14 mars. La conductrice, la maman est restée consciente. Elle a pu appeler son compagnon qui les attendait pour lui dire qu’elle venait d’avoir un accident. « C’est le 3e accident très grave à cet endroit là en 5 ans« , constate le maire.

3 personnes incarcérées dans la Golf

Les sapeurs pompiers ont mis 1h30 pour parvenir à désincarcérer les 3 personnes de la golf, complètement écrasées dans ce qu’il restait de la cabine. La maman a été pris en charge par le médecin des sapeurs pompiers dès qu’elle a été libérée. Elle ne semblait pas présenter d’hémorragie interne. Elle a été médicalisée et transportée au Centre hospitalier d’Épinal.

Pas de traces de freinage

Son compagnon est venu sur les lieux de l’accident. Il a fallu lui apprendre le décès de l’enfant et de la grand-mère. Les gendarmes de la Communauté de brigades de Mirecourt ont fait les constatations. Ils n’ont pas remarqué de traces de freinage.

Relevés de traces

Des techniciens de la cellule d’investigation criminelle devaient venir faire des relevés. Le capitaine Jean-Luc Petit, commandant de l’escadron de sécurité routière était sur place pour essayer de déterminer les causes de l’accident.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page