Actualités

Environnement – Des crustacés pour mesurer la pollution cumulée de la Cleurie

Suite aux inquiétudes des habitants et des associations de défense de l’environnement face aux taux de polluants trouvés dans la Cleurie, l’Agence de l’eau Rhin-Meuse a décidé de faire une étude du milieu en plaçant des crustacés, des gammares et des moules de rivière pendant 3 mois pour analyser le cumul de polluants qu’elles absorberont.

Ces crustacés se nourrissent de matières organiques et de micro algues et ils sont résistants aux micro polluants. C’est pour ça qu’ils sont considérés comme d’excellents marqueurs biologiques de la qualité de l’eau. Ce sont aussi des proies de choix pour de nombreux poissons. Cette étude devrait permettre d’avoir des indications sur le cumul de polluants absorbés en 3 mois.

Voir quel est le cumul des polluants

Une avancée dont se réjouissent les associations, qui font remarquer que les normes (seuils autorisés), ont été fixés par les industriels et ne correspondent pas du tout aux problèmes de santé que ces polluants engendrent. Les associations défendent aussi le fait que le cumul de glyphosate, AMPA (composants actifs du Roundup) et détergents (le détergent tensio-actif POEA poly-oxy-éthylène amine), rejetés par les blanchisseurs dans la Cleurie, forme un cocktail détonnant et entrainent une mutation du milieu dangereuse.

Imposer du coton bio ?

Les blanchisseurs en sont conscients mais ne voient pas comment résoudre le problème, puisque ce sont les cotons importés qui sont chargés de ces polluants. Investir pour les filtrer et les traiter n’est pas un problème. Ce qui coûte beaucoup trop cher aux dires des entreprises, c’est le fonctionnement et il n’y a pas d’aide à ce niveau. Elles estiment que leur survie est en jeu si elles réduisent leur marge. En attendant les habitants vivent dans un environnement de perturbateurs endocriniens et consomment des produits pollués.

Une pétition de 1000 signatures

Aucune analyse n’a été faite pour déterminer les taux de PEAO (détergents) puisque actuellement, faute de normes comparatives, on ne les recherche pas, mais les taux de glyphosate et AMPA de la Cleurie défient déjà toute concurrence (70 µg/l en moyenne alors qu’ils sont de 4 à 5 µg/l sur les autres rivières). Une pétition recueillant plus de 1000 signatures a été remise vendredi au préfet des Vosges.

Veut-on sacrifier la Cleurie et la santé de ses riverains ?

« C’est très simple, constate le Collectif, ou on sacrifie la Cleurie et on accepte qu’elle devienne un égout avec les conséquences de santé inévitables, ou ça devient un problème de santé publique, on en fait une priorité  et on se donne les moyens de trouver des solutions ». Le Collectif préconise de revoir la réglementation concernant l’importation de ces tissus coton OGM imprégnés de glyphosate et autres substances toxiques.

Un appel à projets pour faire évoluer la filière

« Il y a 3 entreprises de blanchiment sur le secteur de la Cleurie, mais toutes les entreprises qui font blanchir leurs tissus ont une part de responsabilité. Comment vanter les mérites du label Vosges terre textile, local et écologique,et être indifférent à ces problèmes d’environnement et de santé ? » interroge le Collectif. L’Agence de l’eau Rhin Meuse envoie un signal positif en ouvrant un appel à manifestation d’intérêts pour aider des projets qui permettrait à la filière d’évoluer vers la qualité environnementale et des cotons bio.

http://www.actu88.fr/comment-resoudre-le-probleme-de-la-pollution-de-la-cleurie/

http://www.actu88.fr/pollution-les-empoisonneurs-dilues-de-la-cleurie-progressent-on-laisse-faire/

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page