Premier Festival de sociologie tout public à Épinal du 19 au 24 octobre

Avant existait la biennale, qui était un colloque scientifique, aujourd’hui la société d’Émulation a créé un Festival avec un colloque mais aussi du théâtre, des films, des expositions, des conférences gesticulées ouverts à tous ! La sociologie (étude des comportements humains) passera par des supports plus agréables que la conférence. Au programme l’engagement et ça commence ce soir avec la projection de « Difret ».

« C’est la première fois qu’un colloque international s’ouvre au grand public pour partager de manière abordable ses interrogations, relève Christophe Petit, adjoint à la culture de la ville d’Épinal. Les organisateurs ont réussi à mobiliser beaucoup de structures. Épinal est une terre d’expérimentation par rapport à l’évolution de la société. Je prends pour exemple le temps aménagé de l’enfant, la politique culturelle et sportive... et la ville soutient cette nouvelle formule élargie ».

L’idée a mûri

« L’idée germait, mais n’était pas mûre, explique Lionel Jacquot de l’université lorraine et Charles Kraemer, président de la société d’émulation. La 1ère biennale était plus une réflexion d’experts pour sortir les universitaires de leur cocon et les mettre en contact avec leur population« .

Des colloques d’experts aux interpellations tout public

La biennale avait lieu tous les 2 ans. Elle présentait des travaux d’érudits en croisant les regards de la sociologie et l’ethnologie. C’était un colloque fermé, qui a commencé sur le thème « travail et dons » en 2010, « Société, culture et religion » en 2012 et ces 2 éditions avaient pris pour base les théories d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss, tous deux nés à Épinal. « On s’est aguerri avec ce festival 2015, pour créer une fusion plus importante entre les citoyens et les chercheurs ».

Difret, ce soir : évolution et traditions

L’édition 2015, commence avec une projection « Difret ». Hirut, 14 ans est kidnappée sur le chemin de l’école. Une tradition veut que les hommes enlèvent celles qu’ils veulent épouser, mais Hirut réussit à s’échapper en tuant son agresseur. Elle est défendue par une avocate pionnière du droit des femme en Ethiopie. Mais peut-on défier les traditions ? Une réflexion sur l’évolution des mentalités et des sociétés africaines.

Du théâtre et des films

Mardi, ce sont les conversations de PrimoLevi de Ferdinando Camon avec les Amis du théâtre populaire des Vosges. Mercredi, on parle discrimination positive avec un documentaire de Joyce Sebag-Durand et Jean-pierre Durand et jeudi, le travail est au coeur de la réflexion avec « C’est quoi ce travail ? » de Luc Joulé et Sébastien Jousse. Vendredi, il y aura une conférence gesticulée par la Scop Le contrepied, qui a partir d’histoires, de bouts de vie parle d’engagement et samedi, 1945, on continue ! mais quoi ? avec Réseau Salariat.

L’engagement par des experts

Enfin, la partie d’experts se déroulera du jeudi au samedi avec des conférences plénières et des ateliers. On y parlera engagement et crise, jeunes et engagement, art et engagement, responsabilités sociétales, engagement dans le travail. Et il y aura également des expositions et des livres à découvrir. « La sociologie a une utilité sociale et il est essentiel de partager des opinions et des analyses », conclut Lionel Jacquot.

www.festival.sociologie.event.univ-lorraine.fr

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page