Mikaël Jones en « Rendez-vous au gite » à la Bresse

2e saison pour ces Rendez-vous au gite, qui s’invitent à la Ferme de Grand-mère à La Bresse. Une atmosphère terroir parfaite pour y chouchouter Michael Jones, guitariste de Jean-Jacques Goldman.

La ferme est sympathique, plongée sous le blanc immaculé de la neige tombée le matin même, mais le lieu est étroit, quand il faut y installer les techniciens du tournage, les caméras, les preneurs de son,  les animateurs et tout le staff ! « C’est un pied ici, le talon ailleurs ! », mime Jérôme Prodhomme, qui, fiches en main, se prépare au passage à l’antenne.

Cameramen au placard !

Les cameramen sont relégués au placard ! Il faudra qu’ils se contentent d’un axe de vue réduit entre les massives poutres de bois. Très  patrimoine local certes, mais pas si évident pour les mouvements de caméra.

Intro spécial gîte

Calé sur un tabouret en bois, guitare en main et lunettes rouges, Michaël Jones concocte une introduction « spéciale gîte ».  Adopté ! Il lancera l’émission par ces quelques phrases musicales et chantera « son jingle » !

Entre deux prises de vue, c’est la prose à bâtons rompus…

Juste une trentaine de guitares

Posséder une seule guitare ne lui suffit évidemment pas, il en a simplement une trentaine, dont l’une date de 1960. « Les guitares s’améliorent en vieillissant, elles ! », assure-t-il. Un humour très Gallois comme il se doit puisqu’il y est né, pince sans rire, l’air de ne pas y toucher.

40-60

« Bon, je ne me présente pas aux élections, proteste-t-il, quand la production règle chaque détail. Peut-être dans 5 ans, parce que j’en ai tellement marre de la façon dont ça se passe ! Mais il faut avoir le temps… »

En attendant, il présente à la Bresse, son dernier album 40-60. « 40 ans de carrière et 60 ans de vie ». L’invité tient la vedette quelques instants, puis la scène se poursuit à l’étage du dessous avec Patrick Germain et Naho.

Des « bijoux  » sortis de l’écrin

Le décor est complété, un canard par ci, quelques coquelicots par là et l’émission se poursuit en partenariat avec France 3 Champagne Ardenne.

Au programme, une balade au lac du Der dans le département de la Haute-Marne , l’histoire d’un permis obtenu en Grande Bretagne et quelques « bijoux » motorisés.

Dégustation du cru

En cuisine, le chef Philippe Laruelle, de l’auberge du Val joli au Valtin, se tient prêt casserole sur le fourneau. Il concocte un beignet de rapailles (pommes de terre) au foie gras.

Et pour conclure toujours un clin d’œil. Claude Vanony enchapeauté de son sempiternel feutre noir, conte une grève avec son allant habituel.

Entre 2 « Moteur », où tout le monde fait silence, l’ambiance est bon enfant. Les Vosges ont fait leur petit effet à savourer  dimanche 23 mars  à 11 h25 sur France 3.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page