Actualités

Saint-Dié – SEGPA supprimée, élèves sacrifiés !

Ils étaient une vingtaine de professeurs et assistants d’éducation à protester ce soir devant le collège contre la décision tombée brutalement jeudi, de fusionner les sections de SEGPA du collège Souhait avec celles du collège Vautrin Lud à la prochaine rentrée. Pour eux c’est une dégradation de cet enseignement adapté.

Les Classes de SEGPA sont des classes où l’effectif doit être inférieur à 15 pour permettre à ces élèves en difficulté scolaire, de bénéficier d’un enseignement adapté pour pouvoir progresser. « Ce sont des élèves plus lents, avec qui il faut prendre le temps de bien expliquer les choses. Il leur faut beaucoup de présence ».

4 classes au lieu de 6

Au collège Souhait, il y a 4 classes (34 élèves) : 1/2 classe en 6e (7 élèves), 1/2 classe en 5e (4 élèves), une classe en 4e (9 élèves), une classe en 3e (11 élèves). Au collège Vautrin Lud, il y a également 4 classes d’effectifs approchants (32 élèves). En regroupant les sections, l’Inspection académique prévoit de passer à 4 classes au lieu de 8 (ou de 6 puisqu’il y a des 1/2 classes).

Des classes en sureffectifs

Il y aurait donc 11 élèves en 6e, 11 élèves en 5e, mais 19 élèves en 4e et 22 élèves en 3e. Les 2 dernières classes sont largement au-dessus des effectifs « recommandés ». Et cette fusion s’ajoute à celle des SEGPA de Raon-l’Étape et Senones. Ce qui réduit les possibilité d’intégration pour ces enfants.

22 élèves en difficulté, c’est impossible!

« Je viens de commencer une formation de spécialisation que je fais sur mon temps libre et que je finance moi-même, mais je refuse d’enseigner dans une classe de 22 élèves en difficulté, explique un professeur non titulaire. C’est déjà difficile avec une quinzaine d’élèves alors avec plus c’est tout simplement intenable ! Ce sont des élèves à qui il faut consacrer du temps ».

Les intégrations d’élèves ne seront plus possibles

« De tels effectifs ne permettent pas d’intégrer des élèves de 6e en cycle normal qu’il faudrait réorienter en SEGPA, pas plus que les élèves de ULIS (Unités localisées pour l’inclusion scolaire, enfant en situation de handicap) qui viennent d’autres collèges et partagent aujourd’hui certains cours ou ateliers avec les SEGPA« , proteste une enseignante. C’est mettre en échec tous les efforts faits pour tenter de donner à ces élèves un maximum de chances.

Des enseignants qui rejoindront le cycle normal

Dernier point, les suppressions de postes qui ne sont pas une fermeture, mais les enseignants non titulaires seront réaffectés dans d’autres classes en cycle normal. Que deviendront les 2 enseignants qui sont en cours de formation et n’auront plus de classe d’application pratique ? Et pour les parents, c’est un coût de transport et de restauration supplémentaire. Pour l’instant, les parents ont été alertés par un tract.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page